Environnement : Résolument durable
diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte Imprimer
Pointe du lac

Les itinéraires cyclables de la Pointe-du-Lac permettent de rejoindre la passerelle de la Tégéval.

 

Le rapport annuel de la Ville sur le développement durable vient d’être publié. Dans ce document, la collectivité recense les principales actions menées en 2016 et annonce un certain nombre d’opérations qui seront poursuivies dans les années à venir.

 

Présenté au conseil municipal du 6 mars 2017, le rapport annuel sur le développement durable est un document obligatoire depuis le “Grenelle II”. Ce rapport est aussi l’occasion de faire connaître les actions de la Ville dans ce domaine. L’édition 2016 apporte un nouvel éclairage sur les projets au long cours, tel l’aménagement du quartier de l’Échat. On y apprend que 2016 a été consacrée au dévoiement des réseaux des différents concessionnaires (chauffage urbain, électricité…) afin de permettre, dans le courant de cette année, le démarrage du chantier de la gare du Grand Paris Express.

 

Rappelons que, dans le périmètre immédiat de la gare, trois projets urbains de construction de logement neufs et de bureaux verront le jour, avec la volonté de bâtir un territoire intégrant tous les enjeux du développement durable. C’est au titre de cette opération que Créteil a reçu, en 2015, le label “Territoire à énergie positive pour la croissance verte” avec, à la clé, une subvention de 500 000 €. En 2016, la Ville a utilisé cette subvention pour rénover et améliorer l’isolation thermique du centre sportif Eyquem et de la piscine du Colombier, notamment. La réduction des consommations d’énergie est un axe fort des actions menées depuis plusieurs années à travers de grandes opérations de rénovation.

 

 Les réhabilitations permettent des améliorations thermiques importantes, comme ici aux Bleuets.

 

Se chauffer moins et mieux

 

Aux Bleuets, où l’opération a été lancée en 2008, les deux tiers des réhabilitations des logements du bailleur Efidis sont terminés. La rénovation des trois derniers immeubles a été engagée et devrait s’achever au deuxième semestre 2018. La Ville a remis à neuf le groupe scolaire Beuvin et percé deux voies pour désenclaver le quartier. Au Petit-Pré-Sablières, où la démolition de l’ensemble des bâtiments existants laissera place à un nouveau quartier résidentiel, 121 logements, construits dans le respect de la nouvelle réglementation thermique, ont été livrés en 2016. Pour accompagner les nouveaux locataires dans la bonne prise en main de leurs nouveaux logements, notamment d’un point de vue énergétique, le bailleur Valophis a missionné l’association Couleurs d’Avenir jusqu’à juin 2017.

 

Enfin, au Mont-Mesly, Créteil Habitat-Semic poursuit ce qui est considéré comme le plus grand plan de rénovation thermique d’Île-de-France. Ce quartier va également bénéficier d’un grand projet de rénovation urbaine qui a été présenté le 21 mars dernier, à l’occasion d’une réunion publique de concertation. L’objectif visé : réaliser 845 logements neufs et réaménager les espaces publics pour favoriser le lien social et les modes de déplacements doux.

 

Au-delà de la rénovation thermique, la transition énergétique passe aussi par une évolution de la production du chauffage. Avec un réseau de chauffage urbain, alimenté à 62,9% par des énergies renouvelables sur la saison de chauffe 2015-2016, Créteil contribue à la réduction des gaz à effet de serre. Les travaux de rénovation du réseau se sont poursuivis en 2016 dans le quartier du Mont-Mesly et à l’Échat où l’hôpital Henri-Mondor a été raccordé au réseau de chauffage urbain.

 

Se déplacer autrement

 

Si rendre l’habitat économe en énergie est essentiel pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre, il convient aussi de réduire l’utilisation de la voiture en favorisant d’autres modes de déplacement. Outre la gare du Grand Paris Express évoquée plus haut, deux autres projets majeurs sont en gestation : le Téléval et la Tégéval.

 

Le Téléval, dit “Câble A”, est un téléphérique urbain qui reliera Villeneuve-Saint-Georges au métro de la Pointe du Lac. Après la concertation publique qui s’est tenue fin 2016, l’enquête publique devrait avoir lieu en 2018 pour une mise en service du téléphérique en 2021. Parallèlement aux transports en commun, la Ville et ses partenaires cherchent également à favoriser les modes de circulations douces. La Tégéval est l’un des grands chantiers engagés dans ce domaine. Ce cheminement “vert” de 20 kilomètres de long, dédié aux cyclistes et aux piétons, reliera, à terme, Créteil à la forêt de Notre-Dame.

 

En 2016, une étape clé du projet a été franchie avec la réalisation d’une passerelle, au-dessus de la RN 406 et de la RD 102, qui permet de relier la Pointe du Lac à Valenton. Les itinéraires cyclables en cours de réalisation vont permettre aux Cristolien.ne.s, dans quelques années, de rejoindre facilement la forêt de Notre-Dame et le plateau Briard.

 

Préserver son cadre de vie

 

Mais en attendant, les habitant.e.s profitent déjà, à Créteil, de nombreux espaces verts. Labellisée “Quatre Fleurs” depuis 1984, la Ville est reconnue pour ses pratiques horticoles, la multiplicité de ses actions en faveur de la biodiversité et le nombre de ses jardins familiaux. Sur ce dernier point, rappelons qu’en octobre 2016, un nouveau projet de jardin familial a été lancé dans le quartier des Sarrazins, porté par le conseil et la Régie de quartier. Le mois dernier, les parcelles ont été délimitées et les premiers coups de bêche donnés.

 

Ce projet a l’originalité de disposer de parcelles partagées entre les locataires et l’école du quartier. Plus qu’un lieu de jardinage, ce jardin se veut un espace de partage et d’animation au même titre que la place d’un village. Outre le développement de la convivialité, ces actions jouent également un rôle pédagogique auprès des enfants. L’éducation est d’ailleurs un autre axe fort de la politique de développement durable menée à Créteil.

 

 

 

 

S’éduquer au développement durable

 

Pour sensibiliser petits et grands au développement durable, la Ville peut compter sur de nombreux partenaires. Par exemple, en 2016, l’association Nature & Société a fait découvrir à 31 classes les oiseaux du lac, la microfaune et les arbres des bords de Marne. L’association mène de nombreuses autres actions comme l’initiation à l’apiculture ou l’organisation de soirées savoir-faire pour guider les habitant.e.s vers des modes de vie plus respectueux de l’environnement.

 

La Ville, quant à elle, accompagne les établissements scolaires dans de nombreux projets liés au développement durable tels que les classes de découverte ou les classes d’eau. Des actions sont également organisées hors temps scolaire comme les ateliers “Je construis ma ville” dans le cadre des nouveaux rythmes scolaires ou les visites au centre horticole de Mandres-les-Roses. Les adultes ne sont pas en reste. À l’occasion de la Semaine du développement durable, ils ont pu, eux aussi, visiter le centre horticole et participer à des conférences ou assister à la projection, suivie d’un débat, du film Demain.

 

La Fête du réemploi, organisée dans le cadre du Programme local de prévention des déchets et du Mois de l’économie sociale et solidaire, a également été l’occasion pour les habitant.e.s de s’informer sur les possibilités de prolonger la vie des petits équipements domestiques et apprendre de nombreux gestes éco-citoyens pour un quotidien plus responsable et plus durable.

 

 

Ce document permet de se rendre compte des moyens mis en œuvre en faveur du développement durable dans le cadre de l’action municipale, qu’il s’agisse d’aménagement urbain, d’environnement ou d’éducation.

 

photo du rapport 2016

 >> rapport annuel 2016

 

Créteil, Vivre Ensemble n°371 - Avril 2017