Les bons résultats du chauffage urbain
diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte Imprimer

Comme chaque année, la Société de chauffage urbain de Créteil (Scuc) a présenté son rapport annuel devant la commission consultative des usagers des services publics.

 

Augmentation du nombre de logements raccordés

L’hiver dernier, du 5 octobre 2015 au 18 mai 2016, soit 227 jours de chauffe, 35 869 équivalents logements étaient raccordés au réseau contre 34 437, la saison précédente (+ 1432).

 

Baisse des énergies traditionnelles consommées

Pendant cette même période, le total des énergies consommées est en baisse de 2,9% par rapport à la saison précédente. On note la montée en puissance de l’usine d’incinération des déchets (+ 12%) et surtout de la pompe à chaleur (+ 20,2%), et la baisse du recours au fuel (- 52,2%) et au gaz (- 7,8%).

 

62% d’énergies renouvelables et moins chères

Le taux d’énergies renouvelables du réseau de chaleur dépasse toujours de beaucoup les 50%, en s’établissant à 62,9%, permettant ainsi l’application de la TVA réduite à 5,5%. Cette performance est d’autant plus remarquable que la géothermie a dû être stoppée pendant la saison, afin de réaliser des travaux de rechemisage du puits de production.

Au total, Créteil Incinération Energie (l’usine d’incinération) a fourni une production d’énergie supérieure à la quantité contractuelle et à un prix nettement plus intéressant pour s’établir à 22,93 € HT le MWh (contre 38,69 € le MWh pour une fourniture de gaz classique). Cela permet aussi de baisser la facture pour les usagers.

 

Moins d’émissions de CO2

Côté environnement, les émissions de CO2 du réseau de Créteil sont passées, sur l’année, de 89 g de CO2 par KWh à 81 g. Cette baisse a été enregistrée grâce, notamment, à la mise en service de la nouvelle pompe à chaleur.

 

Baisse du coût du chauffage par logement

Compte tenu de ces résultats, le coût moyen annuel du chauffage par logement raccordé a baissé de 1,9%, en passant de 663 € à 650 € d’une année sur l’autre. Par ailleurs, le coût du mètre cube d’eau chaude sanitaire est, lui, resté stable à 6,41 € HT.

 

Enfin, signalons que le chauffage de l’hôpital Henri-Mondor est entièrement assuré par le chauffage urbain depuis son raccord au réseau, en octobre dernier.