Parcs et Jardins : Dévoués à notre cadre de vie
diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte Imprimer
Photo des pieds d'un jardinier

Parcs et Jardins

La Ville de Créteil possède un véritable patrimoine végétal. Plus de 200 hectares d’espaces verts que les agents de la direction des Parcs et Jardins, la plus importante d’Île-de-France après Paris, entretiennent au quotidien. “Nous veillons à assurer la même qualité d’entretien et de fleurissement sur tous les quartiers de la ville, dans le respect du développement durable.

 

Nous assurons également le ramassage des déchets, la gestion des jardins familiaux ou encore le déneigement, grâce à l’ensemble de nos équipes : jardiniers, fontainiers, équipes de la décoration florale, de l’atelier mécanique, du service logistique (ou “magasin”) ou bien des aires de jeux”, explique Nathalie Teil, responsable administrative des 200 agents que compte la direction. Une mécanique parfaitement huilée, qui contribue à ce que les Cristolien.ne.s se sentent bien dans leur ville. En 1967, Créteil participait pour la première fois au Concours des villes et villages fleuris et, depuis 1984, elle possède la distinction des 4 Fleurs.

 

Aujourd’hui, la direction pense aux orientations à prendre pour les dix prochaines années. “Nous devons transformer le projet initial sans le dénaturer, rester performants sur le terrain et travailler sur la palette végétale. Nous devons étudier les besoins des citoyens et définir les axes pour développer une gestion plus naturelle. Mettre les mains des Cristolien.ne.s dans la terre en développant les jardins familiaux est déjà un premier pas”, développe Yves Pilorge, directeur des Parcs et Jardins. Huit professionnels des espaces verts nous ont livré leur quotidien…

 

Franck Moriau et Karim Aissani

Fontainiers

 

Photo de Franck Moriau et Karim Aissani

 

“Un bassin, c’est comme une vitrine. Si un jet d’eau est mal réglé, ça fait désordre, expliquent Franck et Karim, fontainiers à la Ville. Alors, notre mission est d’entretenir les bassins de Créteil ainsi que les arrosages intégrés.” Et, en la matière, Créteil possède une jolie vitrine avec 31 bassins et fontaines, six stations de pompage, 20 fontaines à boire, 20 bornes de puisage, 291 compteurs d’eau et 250 km de réseaux, ce qui explique pourquoi c’est l’une des rares communes à posséder une équipe de fontainiers. Franck Moriau et son équipe effectuent donc trois visites par semaine durant lesquelles ils nettoient les filtres, les pompes et enlèvent les objets flottants, une fréquence accrue en pleine saison. Une mission que ces plombiers de formation, polyvalents et à la bonne condition physique, accomplissent avec l’appui de leurs collègues jardiniers très présents sur le terrain.

 

Vincent Borja

Responsable de l’équipe générale

 

Photo de Vincent Borja

 

C’est en 1987 que Vincent Borja est arrivé au service des Parcs et Jardins de la Ville. Son responsable de l’époque lui avait promis de l’embaucher s’il décrochait son CAP. Promesse tenue puisque Vincent Borja est aujourd’hui responsable de l’équipe générale, une équipe de force, spécialisée pour assurer les gros travaux. “J’encadre sept agents. Nous sommes chargés de l’abattage, de la création de gazons, de la gestion des gros mouvements de terrain, de l’élagage, de la maçonnerie, de la plantation des arbres. Nous devons également gérer une grosse section de tonte avec des tondeuses autoportées. C’est un métier où il faut aimer les engins, et moi, j’adore ça. Il faut également être volontaire et rigoureux car le métier peut être dangereux. Mais tous mes agents ont été formés aux tâches qu’ils doivent réaliser, je leur fais une entière confiance.”

 

Françoise Rouat

Jardinier, responsable de l’équipe du secteur du Montaigut

 

Photo de Françoise Rouat

 

Après la comptabilité, Françoise Rouat, décide de s’orienter vers un métier qui l’inspire, elle démarre une formation horticole. Elle décroche ensuite un emploi de jardinière à la Ville et s’empare très vite des moyens mis à sa disposition pour gravir les échelons. “Je manage une équipe de sept jardiniers. Je suis là pour organiser le travail selon les consignes de la direction et veiller, entre autres, à la mise en sécurité des chantiers. Chaque matin pendant une heure, nous ramassons les papiers ou canettes qui traînent, en plus du passage déjà effectué par les cantonniers. En fonction des saisons, nous entretenons les arbres et l’ensemble des espaces verts du Montaigut. Il y a aussi une part de création. Si j’ai une idée de massif, j’en réfère à ma hiérarchie et je peux agir. On est souvent vu comme des fonctionnaires “bas de gamme”, mais nous sommes au cœur du service public avec un contact quotidien et direct avec les habitants.”

 

David Prévost

Jardinier spécialisé pour les terrains de sport

 

Photo de David Prevost

 

En plus de l’entretien des espaces verts, de la taille et de la création de massifs, David Prévost et son équipe de neuf agents consacrent tous leurs soins aux deux terrains de foot du stade Duvauchelle (honneur et entraînement). “Notre mission est technique et nous devons l’exécuter en tenant compte des horaires des entraînements des joueurs. Dès qu’ils quittent le terrain, nous, nous y pénétrons. Nous devons remettre les escalopes [mottes de terre] et boucher les trous laissés par les crampons avec du sable et des graines, et cela toute l’année. Réparer un  terrain demande entre une et une demi-journée à toute mon équipe. À certaines périodes, il faut tondre trois fois par semaine, sachant qu’une tonte dure environ quatre heures, sans oublier non plus l’arrosage et le drainage. Pour exercer notre métier, il faut aimer le sport et surtout accepter de faire pour que d’autres défassent.”

 

Éric Vincent

Responsable de l’équipe des aires de jeux

 

Photo de Éric Vincent

 

Éric, c’est l’homme qui veille à la sécurité de vos enfants pendant leurs moments de détente dans les 60 squares, 21 crèches et écoles maternelles où sont installées des aires de jeux. Une gestion rigoureuse soumise aux contrôles inopinés de la direction départementale de la Protection des populations. “Il y a trois ans, on s’occupait de la pose des jeux. Maintenant on s’occupe de l’entretien, du nettoyage, du soufflage et du contrôle visuel. On remplit un carnet d’entretien qui recense nos passages sur chaque aire. Le contrôle visuel des jeux est effectué toutes les semaines. Pour nous aider, nous avons à notre disposition une mallette de contrôle. Une pièce jugée défectueuse est immédiatement remplacée par une neuve que nous commandons. En ce moment, nous mettons à jour les panneaux présents à l’entrée de chaque square pour rappeler les règles à respecter.”

 

Monique Vieux-Pernon

Responsable du service de la décoration florale

 

Photo de Monique Vieux-Pernon 

Moins connu des habitants que ne peuvent l’être les jardiniers, le service de la décoration florale, composé de quatre agents et d’un apprenti, veille scrupuleusement à l’entretien des plantes dans les bureaux de la collectivité, dans les lieux publics comme les maisons de retraite ou halls de crèches, mais aussi lors de différents événements. “Nous assurons la décoration des salles lors des manifestations sportives, associatives, lors de réunions publiques, de cérémonies, également la décoration au parc Dupeyroux pour Parcs et Jardins en fête. Nous réalisons aussi des compositions florales pour l’accueil à l’hôtel de ville. Au sein du service, tout le monde donne ses idées pour les thématiques que nous devons sans cesse inventer. Charge à nous ensuite d’être créatifs car nous passons du bricolage, à la couture et à la peinture, le tout en favorisant le recyclage de nos matériaux. Nous sommes multifonctions !”

 

Raoul Petit

Technicien spécialisé du développement durable

 

Photo de Raoul Petit

 

Si, à l’approche du 1er janvier dernier, certaines communes s’inquiétaient de savoir si elles seraient en mesure de répondre à l’objectif fixé par la loi du “0% phyto”, qui vise à interdire les pesticides, à Créteil, ce n’était pas vraiment le cas. Raoul Petit y avait veillé, faisant même prendre une longueur d’avance à la Ville dans ce domaine. “En plus de faire respecter le plan 0% phyto, je cherche à développer des méthodes alternatives pour la gestion de nos espaces verts. Je vais régulièrement sur le terrain pour repérer la biodiversité, et surtout la préserver. Je mène des actions pédagogiques ainsi qu’un travail de sensibilisation et de vulgarisation auprès de mes collègues.” Mais Raoul Petit n’est pas l’unique expert dont bénéficie la direction des Parcs et Jardins. On peut aussi citer Sabine Hanin, responsable du fleurissement, ou encore Philippe Lebrazidec, responsable du patrimoine arboricole.

 

Dossier paru dans le Créteil Vivre Ensemble n°371 / Avril 2017