Budget Enseignement
Budget Enseignement

Budget 2021 - Enseignement

La direction de l’éducation est fortement mobilisée depuis mars 2020 dans la lutte contre la pandémie de la Covid-19. Des projets ont été reportés et seront réalisés avec un léger décalage, mais restent toujours d’actualité. D’autres actions éducatives sont programmées et devraient se réaliser dès la levée des restrictions de déplacements et de regroupements.

 

Un réseau de 48 écoles publiques

 

  • Le réseau des établissements scolaires publics comprend 24 écoles maternelles et 24 écoles élémentaires pour un effectif de près de 9000 élèves.

 

  • Un crédit pédagogique de 52,30 € est attribué à chaque élève. Ce crédit est de 70 € par an pour les enfants scolarisés dans les classes spécialisées. De même, les contributions aux écoles privées sont maintenues sur la même base tarifaire et par nombre d’élèves cristoliens scolarisés dans ces écoles.

 

  • Les moyens humains dédiés au domaine éducatif pour l’entretien des locaux, la sécurité des personnes et des bâtiments, la restauration et l’assistance aux enseignants et aux élèves en maternelle représentent 408 agents en poste répartis dans les différents corps de métiers (ATSEM, homme de service, gardiennage, restauration et entretien), 50 postes aménagés pour des agents reclassés par le comité médical.

 

Des activités complémentaires au temps scolaire

 

  • Les classes de découvertes permettent aux élèves de pratiquer des activités sportives ou culturelles dans un environnement nouveau : mer, montagne, campagne. La situation de pandémie n’ayant pas permis d’organiser ces séjours en 2020-2021, le budget municipal prévoit néanmoins la possibilité d’organiser à nouveau des séjours à partir de l’automne 2021.

 

  • Plan numérique : Le premier schéma directeur du numérique éducatif a été déployé, permettant ainsi d’équiper toutes les écoles élémentaires en matériels récents et performants. La priorité de 2021 est axée sur le renforcement de la qualité du réseau informatique, l’objectif étant de favoriser l’utilisation de ces outils par tous les élèves.

 

  • Les interventions sur le temps scolaire permettent d’initier les élèves à diverses disciplines, grâce à la mise à disposition d’une trentaine d’animateurs sportifs et culturels municipaux, et à l’intervention de partenaires associatifs socioculturels, soit plus de 380 heures hebdomadaires. Ces personnels interviennent également lors de la pause méridienne.

 

La restauration scolaire
Au quotidien, ce sont près de 7 000 repas qui sont livrés par la cuisine centrale du GPSEA dans les 30 offices de restauration scolaire de la ville, ainsi que 2 500 goûters par jour de classe, en moyenne. L’année 2020 a été marquée comme ailleurs par une nécessaire adaptation des livraisons et des menus compte tenu des fermetures d’écoles, de classes et de l’absentéisme des élèves. Aussi, un protocole de service à table, avec désinfection entre chaque personne, est aujourd’hui en place et s’adaptera chaque fois que nécessaire pour pouvoir maintenir un service de restauration aux élèves accueillis.

 

Des aménagements spécifiques

 

  • Un effort particulier est assuré pour l’intégration des enfants handicapés, aussi bien en maternelle qu’en élémentaire. Ils bénéficient d’activités complémentaires proposées par la Ville (interventions sur le temps scolaire, classes de découvertes, mise à disposition de mobiliers adaptés…).

 

  • Certains élèves profitent, par convention avec l’Éducation nationale, d’aménagements horaires. Trois activités sont concernées : la natation, la gymnastique artistique et la musique.

 

Des programmes d’investissement pluriannuels
Plusieurs projets d’amélioration ou d’adaptation du bâti scolaire sont engagés et se poursuivent en 2021, tels que l’installation de chambres froides, le renouvellement des matériels de lavage dans les offices de restauration, l’adaptation des écoles aux températures caniculaires en particulier.


Les cités éducatives : un projet fédérateur pour les acteurs du Mont-MeslyConcernant cinq écoles (Camus, Casalis, Habette, Orville/Jeu de Paume et Savignat) et deux collèges (Laplace et Schweitzer), le projet est structuré par trois axes stratégiques, spécifiques aux problématiques rencontrées sur le territoire local :

 

  • Mieux coordonner les acteurs locaux : sur la base d’un diagnostic fin de l’existant, clarifier les dispositifs proposés. Comment optimiser, réorienter ou développer les moyens et les synergies, pour plus d’efficience auprès des enfants et jeunes concernés ? Comment donner plus de lisibilité aux familles et professionnels ?

 

  • Renforcer la parentalité : remettre les familles au cœur des actions éducatives, leur ouvrir l’école et ses codes, pour construire une co-éducation réussie, condition indispensable de « accrochage scolaire ».

 

  • Mieux cerner les parcours des enfants et des familles : face au foisonnement des actions et intervenants de terrain, mieux valoriser les parcours des jeunes et partager les parcours des familles.

 

  • Donner toutes les clés aux enfants : interventions d’anglais et initiations au jeu d’échecs dans les écoles et collèges, distribution de 240 tablettes numériques et accompagnement à leur utilisation pour les familles les plus éloignées du numérique afin de faciliter la continuité pédagogique, webinaires sur l’interculturalité et l’école, appel à candidature pour une résidence artistique sont autant de projets en cours pour le plan d’action 2020-2021 qui compte plus de trente actions.

 

Fonctionnement : 26 214 093 €

 

  • Services communs : 464 400 €
  • Enseignement 1er degré : 19 941 397 €
  • Enseignement 2e degré : 25 846 €
  • Enseignement supérieur : 3 600 €
  • Hébergement et restauration : 5 450 250 €
  • Transports : 12 600 €
  • Sports scolaires : 18 800 €
  • Médecine scolaire : 14 200 €
  • Classes découvertes : 283 000 €