Chronologie : de 1871 à 1899
photo d'un vieux chateau de creteil

 

Ces chronologies peuvent comporter des lacunes ou des erreurs. Par avance, veuillez nous en excuser. Pour toutes suggestions ou rectifications écrivez-nous à l'adresse suivante : archives@ville-creteil.fr

XIXème - XXème siècle
III ème République (4 septembre 1870-10 juillet 1940)
 

1871


Reconstruction de l’usine de petite métallurgie dite « usine d’orfèvrerie de la maison Adolphe BOULANGER » rue de Mesly, construite en 1869, démolie en 1870.

Créteil possède une brigade de gendarmerie et 2 gardes champêtres.
« lesquels en temps ordinaire suffisent grandement à sa police et au maintien du bon ordre ».
(AM délibération du conseil municipal D1/10)

 

1872


• Créteil compte : 2 823 habitants dont 6 allemands, 1 autrichien, 43 belges, 2 hollandais, 4 italiens, 2 espagnols, 9 suisses, 413 maisons particulières, 217 chiens, 332 pigeons, 1 682 poules et poulets, 9 chevaux, 114 chevaux hongres, 54 étalons, 47 juments, 278 moutons etc...

(AM F1/3)


• Le conseil municipal décide de « réorganiser le corps des pompiers sur un nouveau pied afin de pouvoir rendre les services nécessaires en cas d’incendie ».
(AM délibération du conseil municipal D1/10)


• Avenue de Créteil « les acacias sont en mauvais état ; ils sont remplacés par une plantation uniformément faite en platanes, essence devant donner en peu d’années un ombrage parfait ».
(AM délibération du conseil municipal D1/10)

 

1872-1874


Reconstruction du pont sur la Marne (détruit en 1870), par l’architecte JORET.


1873


• 554 électeurs inscrits sur la liste électorale.

• La subdivision des sapeurs-pompiers de Créteil comprend 21 hommes..
(AM délibération du conseil municipal D1/10)
• Insalubrité causé par l’ égout et les caniveaux de la Grande-Rue : « il faut faire balayer régulièrement la rue...les bouchers, charcutiers qui déversent les eaux, provenant de leur établissement, dans les égouts sont appelés à désinfecter les eaux par le sulfate de fer ».
(AM délibération du conseil municipal D1/10)


• Achat de la maison RABOURDIN par la commune de Créteil pour y installer la Mairie à partir de 1890 et y édifier un groupe scolaire dans le jardin.

• Restauration de l’église, construction du baptistère.
• Bureau de bienfaisance : les individus secourus annuellement sont à partir de cette année « divisés en 4 classes :
1) les aveugles et octogénaires,
2) les vieillards de 75 à 80 ans, les indigents les plus infirmes,
3) les vieillards et les infirmes de moins de 75 ans,
4) les familles surchargées d’enfants en bas âge…des bons de pains, de viande, de bois, de vins, de chaussures et de médicaments sont distribués ».
(AM Q1/3)

19 janvier 1873

Octave Victor Germain Fleury Du MESNIL (médecin) élu maire jusqu’en 1884.

1er octobre 1873
Rentrée scolaire.
(AM délibération du conseil municipal D1/10)

23 novembre 1873
Mort de Michel GAIDELIN, maire de 1863 à 1873.


1874


• La municipalité s'installe dans la propriété RABOURDIN. Est posée la première pierre dans l’enceinte de la mairie du bâtiment des nouvelles écoles communales. Il comprend 4 classes de garçons, 3 classes de filles et 1 classe d’école maternelle. Il est conçu pour 314 enfants.
(AM délibération du conseil municipal D1/10)


« Vu l’insalubrité des écoles communales résultant de l’agglomération d’un trop grand nombre d’enfants dans les classes actuelles, vu l’urgence de l’édification des nouvelles écoles dans les plus brefs délais »… le maire arrête : « les entrepreneurs de construction des écoles sont autorisés à travailler des dimanches et jours de fête à la condition toutefois que les travaux ne seront pas suspendus le lundi »..

(AM M4/5)


• Construction au niveau du port de Créteil, de la passerelle suspendue. Elle est terminée en 1897. Elle remplace le bac et permet aux habitants de la partie nord de Créteil de bénéficier des trains de la ligne de la BastilleConstruction du nouveau barrage de Saint-Maur.
• Incendie du vieux moulin
• Le moulin neuf sert de fabrique de carton
• Installation de la cloche (actuelle) dans le clocher de l’église.
• Donation du lustre de l’église.
• Une stèle est dressée devant la mairie en reconnaissance du docteur MONFRAY
• Le conseil municipal constate : « depuis longtemps déjà la population réclame avec insistance l’établissement à Créteil d’une officine en pharmacie qui serait tenue par un pharmacien reçu par la faculté de Paris…les gens sont obligés de faire 4 km pour en trouver un ».
(AM délibération du conseil municipal D1/10)

6 juin 1874
Le bureau télégraphique est rattaché au bureau de poste par accord entre la commune et le ministère.

29 novembre 1874
Ier tour des élections municipales.

6 décembre 1874
2e tour des élections municipales : Octave du MESNIL (médecin) réélu maire
Démissionnera en 1884.

 

1875


3 juin 1875
Concours de chant entre les écoles du canton.
(AM délibération du conseil municipal D1/10)

 

1876

 

La subdivision des sapeurs-pompiers de Créteil comprend 30 hommes.
(AM délibération du conseil municipal D1/10)

 

Inondations
(AM I1/)

 

1877

 

Le corps des sapeurs-pompiers de Créteil comprend 30 hommes dont :

1 sous lieutenant, 2 sergents, 4 caporaux,1 tambour clairon.
(AM H3/1)


Usine BOURGEOIS fabrique d’engrais avec le sang des abattoirs de Paris. Usine de dessiccation du sang exploitée par M. BOURGEOIS, au lieu dit « les haies de Brévannes. Usine qui fait l’objet de plaintes incessantes des cristoliens « si l’administration supérieure n’intervient pas ces installations rendront les communes suburbaines inhabitables…cette usine est un véritable foyer d’infection…gros préjudices causés aux propriétaires en les mettant dans l’impossibilité de louer pendant la saison d’été les maisons situées dans la partie de la commune la plus rapprochée de cette usine et devient en même temps un obstacle à la vente des dites propriétés ».
(AM délibérations du conseil municipal D1/10)

 

1879


« Les indigents inscrits au bureau de bienfaisance doivent se présenter eux-mêmes pour toucher leurs bons, en ce qui concerne les personnes malades ou invalides dont la résidence sera notoirement connue, les bons seront portés à domicile par le garde champêtre ».

(AM Q1/3)


Abreuvoir de Créteil : « la commission a remarqué que la descente des chevaux était encombrée par des blanchisseuses, dont une patronne avec ses ouvrières et que la promenade à la suite servait à étendre le linge. Il est impossible que cet état de chose continue les chevaux ne pouvant descendre dans cet abreuvoir dont les eaux sont troublées et gâtées par le savon et les produits chimiques ».
(AM D2/20 Rapport de la commission municipale)

 

1880


Février 1880
Des gelées exceptionnelles ont causé de graves avaries aux conduites d’eau.
(AM délibération du conseil municipal D1/11)

 

1881


Il existe 460 maisons et sur une population de 3 430 Cristoliens, il y a 14 allemands.
(6 hommes, 8 femmes), 2 austro hongrois hommes, 1 anglais homme.


Vers 1881


Installation à Créteil de Camille d’ARTOIS aéronaute (1838-1917), au 20 Grande Rue.


9 janvier 1881
Elections municipales : Octave du MESNIL (médecin) réélu maire.

 

1883


Avant projet dressé pour la construction de 3 barrages à écluses.
(AM F/2)

4 octobre 1883
Ban d’ouverture des vendanges, pour les vignes non closes, jusqu’au 15 octobre inclus.


1884


19 novembre 1884

Aimable PAPAUME (journaliste, écrivain) élu maire jusqu’en 1885.
Le maire explique qu’il y aurait « la plus grande utilité pour donner l’instruction pratique aux enfants de la commune, de former un musée scolaire, comme l’on fait de nombreuses communes de France. On arriverait en très peu de temps, par dons, échanges et avec une très faible dépense, à constituer des collections qui auraient une véritable valeur et rendrait incontestablement les plus grands services ».
(AM délibération du conseil municipal D1/11)


Le bureau de poste se situe au 79, Grande-Rue, en 1868, il était au n°55.


1885


22 avril 1885

Inauguration du « Tir de Créteil », 22 grande rue. « On y pratique le tir à la carabine, le tir au fusil gras et au pistolet ». La société de tir de Créteil compte 78 sociétaires ; elle était auparavant rue Monfray.
(AM délibération du conseil municipal D1/11)

16 novembre 1885
Emile Félix PALADE élu maire jusqu’en 1894.

 

1886


« Les rues de Créteil sont parcourus chaque jour et du matin au soir par un grand nombre de marchands de fruits et de légumes. Le tord que les marchands font à notre petit commerce est considérable. Nous payons une patente et d’autres contributions qui jointes à nos frais d’installation et de maison ne laissent pas que de faire un chiffre assez élevé et il nous est souvent difficile de rentrer dans nos dépenses. Nous reconnaissons que le commerce est libre et que tout le monde a le droit d’acheter et de vendre, mais il nous semble que pour jouir des mêmes droits il est nécessaire de supporter les mêmes charges ».

Extrait d’une lettre d’un marchand fruitier envoyée au maire de Créteil.
(AM I2/9)


Projet de déversement des eaux d’égout dans la plaine de Créteil. « La ville de Paris aurait l’intention de donner suite à un projet de déversement d’eaux d’égouts sur les terrains appartenant à l’assistance publique ».

(AM délibération du conseil municipal D1/12)

Mai 1886

Usine BOURGEOIS d’engrais lieu dit les Haies de Brévannes : M. BOURGEOIS s’est pourvu « devant le ministre du commerce et de l’industrie contre la décision prise par M. le préfet de police qui avait prononcé la fermeture de cette usine et qu’il vient d’être autorisé à reprendre l’exploitation de son établissement en se conformant aux lois ».
(AM délibérations du conseil municipal D1/12)


1888


Elections municipales
Emile Félix PALADE réélu maire jusqu’en 1894.

19 août 1888

Arrivée de l’abbé LUKOWSKI, curé de Créteil, jusqu’à sa mort le 17 mai 1901

 

1889


Construction du château des Buttes par l’architecte NANTEUILLE (45 avenue Sainte Marie)

Construction du marché métallique (la halle), rue des Ecoles par l’entrepreneur FRANC
Est crée un bureau téléphonique.

Juin 1889
Fête de juin avec retraite aux flambeaux, les sapeurs-pompiers, la fanfare municipale,

les enfants des écoles.
(AM D2/7)

22 juin 1889
Concours de tir organisé par la « Société de tir de Créteil ».

23 juin 1889
Le préfet autorise « la Société de jeu de boules de Créteil » à se constituer et à fonctionner régulièrement. Le président fondateur est M. CAILLET ».
(AM)

 

1890

 

Enfants scolarisés (école publique).

Ecole maternelle filles et garçons : 44.
Ecole de filles : 32.
Ecole de garçons : 51.
(AM D2/34)


Rentrée scolaire 1890
Sont distribués aux enfants nécessiteux : galoches, brodequins, chaussons, chaussettes, bas de laine, pantalons, capuchons, fichus, capelines.
(AM D2/34)

 

1891


15 janvier 1891
Arrêté préfectoral constitutif de la crèche municipale qui peut accueillir 14 enfants.

 

1892

 

La maison du 7, rue Félix Maire, construite dans la 2ème moitié du XVIIème siècle, devient l’orphelinat FRACHEBOIS grâce à son fondateur Claude, François FRACHEBOIS.


Il est transféré de Paris (ou il était situé depuis 1887, rue Lesage 20e arrondissement) pour cause d’hygiène et d’agrandissement.
(AM Q)


Projet d’installation d’une fabrique de vernis gras au lieu dit « Les Bouvets ». Le conseil municipal proteste contre ce projet.
(AM délibérations du conseil municipal D1/13)

31 janvier 1892
Arrêté nommant le docteur PLICHON, médecin de l’Etat civil.

Mars1892
Inondations.
(AM I1/)

 

1893


A la boîte à sardine tirée par un seul cheval, a succédé l'omnibus à 2 chevaux, conduit par un cochet aux allures de postillon.

Protestation du conseil municipal et de la population contre le projet de déversement des eaux d’égout dans la plaine de Créteil, (épandage). Plus de 1 000 signatures sont recueillies
(AM délibérations du conseil municipal D1/13)


Crèche municipale : « Il nous a été impossible d’obtenir de la femme de service la moindre amélioration dans la propreté…les petits berceaux font pitié tant ils sont sales, les rideaux et les draps sont dégouttants et dans ces conditions il est véritablement difficile d’exiger la plus petite notion de propreté de la part des parents qui amènent leurs enfants dans la saleté la plus complète….A 4 heures n’ont jamais de soupe fraîche, elle est faite du matin »
Rapport de la commission de la crèche.
(AM D2/2)

25 juin-9 juillet 1893
Fêtes de juin : feux d’artifice au bord de l’eau, plantation de 80 mâts, grande représentation lyrique et dramatique, bal d’enfants, matinée théâtrale, joute à la lance et courses aux canards
(AM D2/7)

 

1894


Le moulin à farine dit « moulin vieux » ou « moulin du milieu » (reconstruit en 1779 devenu une filature de coton en 1804) brûle.
MM. MAFFRES et BASTIDE installent une distillerie de marc et lie de vin, au 2, rue des Caillotins.
(AM I1/5)


Une colonne est élevée en l'honneur du général Ladreit de la CHARRIERE et de ses hommes au delà de la porte de Brie, sur la route d'où fut lancé l'assaut le 30 novembre 1870 (le buste de bronze ornant ce monument a été enlevé en 1943).
Georges GUYON, architecte et FOURNIER, sculpteur.

27 mai 1894
Inauguration du monument commémoratif du général Ladreit de la CHARRIERE.


1895


Construction de 38 maisons.
(Délibération du conseil municipal D1/14)
Henri PASSE, président du conseil d’administration de l’orphelinat de garçons.

Juin 1895
Fêtes de juin : « les 3 commerçants du bord de la Marne ne sourient pas au projet de joutes nautiques car les régates ne retiennent pas le monde assez longtemps…ils préfèrent des attractions qui retiennent les gens de 2 h à 7 h le soir ». Courses au sacs, tourniquet dans l’eau, jeu de la poêle, jeu de baquet.
(AM D2/7)

 

1896


4 208 cristoliens.
Inondations.

(AM I1/)


Construction de 37 maisons.
(Délibération du conseil municipal D1/14)
Construction de la gendarmerie, 18 avenue de la République.
Eglise : restauration des murs du collatéral nord.

Février 1896
Adjudication pour la construction d’un échafaudage aux sapeurs-pompiers.
Acquisition d’une nouvelle pompe(Délibération du conseil municipal D1/14)

3 mai 1896
Elections municipales.

12 mai 1896
Election du maire : Antoine GIGNOUX, ancien percepteur dans le Haut-Rhin.
Maire jusqu’en 1899.

16 mai 1896
Projet de pétition « à l’effet d’obtenir de la « Compagnie de l’Est » la faculté pour les ouvriers travaillant à Paris de prendre le train de 5h et demi au lieu d’attendre jusqu’à 6 h et demi le premier train du soir accessible aux ouvriers ».
(Délibération du conseil municipal D1/14)

Juin 1896
Grand concours municipal de musique d’orphéons, de musiques d’harmonie et de fanfares organisé sous les auspices de la municipalités, par les commerçants, les habitants et les sociétés musicales de Créteil.
(AM I1/30)

17 juillet 1896
Le conseil municipal « proteste contre l’établissement d’un barrage à écluse à 150 m du pont de Créteil… et demande à l’administration supérieure de construire ce barrage au lieu dit le passage d’eau et à établir une passerelle à piétons sur le dit barrage ».
(Délibération du conseil municipal D1/14)

28 août 1896
Le commandant inspecteur des sapeurs pompiers demande « à ce que l’effectif de la subdivision de Créteil soit complète au nombre qui a été primitivement fixé à 30 hommes.
Elle est actuellement composée de 24 hommes ».
(Délibération du conseil municipal D1/14)


« Les habitants se plaignent à juste raison des émanations de l’épandage des eaux d’égout et signalent le déversement fréquent de tonneaux de vidange ».
(Délibération du conseil municipal D1/14)


1897


Construction de 41 maisons.
(Délibération du conseil municipal D1/14)


Travaux de réfection intérieure de la mairie de Créteil.
(Délibération du conseil municipal D1/14)


Le conseil municipal communique : « sur le service d’omnibus Pont de Charenton à Créteil : 211 249 voyageurs ont voyagé durant l’année, soit 151 voyageurs par jour et par voiture.
A l’impériale : transport de 271 406 voyageurs, soit une moyenne de 194 voyageurs par jour et par voiture ».
(Délibération du conseil municipal D1/15)


Emile Félix PALADE, maire de 1885-1894 : président du conseil d’administration de l’orphelinat de garçons.

6 mars 1897
Bal au profit du bureau de bienfaisance.

21 mars 1897
Bureau de bienfaisance : création d’un service d’assistance à domicile et d’un service de distribution de bons de logement aux malheureux. Projet adopté par le conseil municipal.6
(Délibération du conseil municipal D1/14)


Constitution d’un comité de « Dames de charité » formé de « dames de Créteil animées par le désir de coopérer par des dons en nature ou en argent à l’œuvre du bureau de bienfaisance ».
(AM Q1/3)

Eté 1897
Rapport d’inspection annuel des sapeurs-pompiers par le Commandant inspecteur : « compléter l’effectif à 30 hommes, remplacer la tenue de l’officier et des sous officiers, ainsi que les vestes, faire nickeler les pattes d’épaule, acquérir 40 m de tuyau en toile pour dévidoir, réparer une hache, inscrire en détail les services militaires ».
(Délibération du conseil municipal D1/14)

23 octobre 1897
Décoration picturale de la salle des mariages : débat du conseil municipal.
Texte du préfet devant le conseil général de la Seine : « Ne vous semble-il pas que l’on pourrait substituer aux scènes allégoriques souvent peu compréhensibles et d’une banalité fatigante, les paysages avec figures, reproduisant les pittoresques localités que traverse la Marne ? Il y aurait à cela double avantage de varier la monotonie des décorations ordinaires des mairies et de conserver le souvenir d’une région qui tend, chaque jour, à se modifier et à prendre son caractère propre……Je vous proposerai de confier la décoration de la mairie de Créteil à M. Eugène SIMAS, jeune artiste de talent dont les paysages ont été remarqués au salon du Champs de Mars et qui a été primé au concours ouvert pour la décoration de la salle à manger de l’hôtel de ville de Paris ».
(Délibération du conseil municipal D1/14)


Epandage dans la plaine de Créteil (irrigation de la plaine par les eaux d’égout).
Protestation du conseil municipal contre l’état actuel de cette opération.
Demande de cessation de cette désastreuse entreprise.
(Délibération du conseil municipal D1/14)

10 décembre 1897
Le conseil municipal s’aperçoit que « depuis longtemps les pompiers ne font pas leurs exercices » et propose de « voter la suppression de tous les crédits inscrits au budget communal pour ce service si les manœuvres ne sont pas exécutées comme il est prescrit ».
(Délibération du conseil municipal D1/14)


1898

 

Construction de 55 maisons.
(Délibération du conseil municipal D1/14)


Effectifs scolaires :
Ecole publique de garçons : 175; école publique de filles 100.
Institution Fontaine : 6; Institution Chappuis 17.
Etablissement des sœurs de Saint-Vincent-de-Paul : 122.
Total : 420
(Délibération du conseil municipal D1/14)


Projet de mise en place de la ligne électrique Bonneuil-Concorde.
Ligne de tramway Créteil-Louvre : (Compagnie générale des omnibus) souhait du conseil municipal de « passer de la traction animale à la traction mécanique ».
(Délibération du conseil municipal D1/14)

 

Réfection de la voie, pose de rails destinés à la traction mécanique entre la rue de Paris et la rue de la Sablière. Grande rue : pavage à neuf effectué par la Compagnie générale des omnibus.
(Délibération du conseil municipal D1/14)

 

Le bureau de bienfaisance rétribue « un médecin (nommé par le préfet) et une sage femme pour visites aux malades » et fournit « gratuitement les médicaments ordonnés….les malades sont envoyés dans les hôpitaux parisiens où ils sont traités lorsque leur situation l’exige ».
(Délibération du conseil municipal D1/14)

 

Crèche municipale : construction d’un nouveau bâtiment par M. RENECON, entrepreneur de travaux publics à Créteil, 4, rue des Caillotins.
(Délibération du conseil municipal D1/14)

Février 1898
Installation de 3 appareils publics par le gaz, chemin de Mesly
(Délibération du conseil municipal D1/14)

18 mai 1898
Eaux : approbation d’un traité entre le Maire et la Compagnie anonyme des eaux de Seine et source, pour « l’adduction et la distribution dans Créteil, des eaux provenant des fontaines dites de Saint-Thibault et de Bréant, à l’exclusion de celles de tous cours d’eau et de tous réservoirs à ciel ouvert. Pour le service de distribution, compte tenu de la « nécessité depuis longtemps constatée et aujourd’hui impérieuse, d’assurer l’établissement et le fonctionnement dans les diverses parties du territoire de la commune, d’un service devant assurer la distribution de la quantité d’eau indispensable pour satisfaire aux besoins généraux de l’alimentation ». Traité valable du 1er octobre 1893 au 30 septembre 1928
(Délibération du conseil municipal D1/14, O/153)

 

3 juin 1898
Le conseil municipal décide d’acheter à M. COCRELLE fabriquant de chaises, demeurant au 67, rue de Charenton « 4 douzaines de chaises en bois de chêne cannées nécessaires à l’ameublement de la salle des mariages »
(Délibération du conseil municipal D1/14)

 

3 juin 1898
Demande du conseil municipal d’obtenir la création de bateaux omnibus entre les ponts de Chennevières et de Charenton
(Délibération du conseil municipal D1/14)

 

24 juillet 1898
Inauguration de la passerelle suspendue dite « passerelle de Créteil » construite par l’architecte FORMIGE et l’ingénieur HETIER

 

25 juillet 1898
Mort à Paris d’Octave du MESNIL docteur en médecine, médecin de l’Asile national de Vincennes et ancien maire de Créteil de 1873 à 1884

 

27 décembre 1898
Protestation énergique du conseil municipal contre l’épandage
(Délibération du conseil municipal D1/14)

 

29 décembre 1898
« Arrêté municipal déterminant les voies publiques libres à la circulation des voitures servant au transport des boues, engrais, fumiers, immondices, ordures ménagères, résidus de balayage et autres matières insalubres »
(AM D3/10)


1899

 

Installation de nombreux «appareils publics d’éclairage par le gaz».
Délibération du conseil municipal D1/14)


Effectifs scolaires :
Ecole publique de garçons 192; école publique de filles 81.
Institution Fontaine : 16; Institution Chappuis 19
Etablissement des sœurs de Saint-Vincent-de-Paul : 102.
Total : 410.
(Délibération du conseil municipal D1/15)


Travaux de canalisation des eaux de source de la Grande-Rue.
(AM D2/20)

 

Vers 1899
Transformation d’une partie de l’écurie de la gendarmerie en chambre de refuge.
Il existait un asile de nuit, rue de la Recette.

 

5 février 1899
Tramway : le conseil municipal « considère que la création d’une ligne de tramway à traction mécanique est demandée depuis fort longtemps et répond au vœu de la population tout entière de la commune de Créteil qui est absolument déshéritée sous le rapport des communications avec la capitale, que Créteil dont le territoire non bâti est très étendu verrait, grâce à sa situation merveilleuse et à ses sites charmants, s’ouvrir une ère d’extension de population et d’embellissement si elle était dotée des moyens de transport plus rapide et moins coûteux.…..Notre retard cause le plus grand préjudice à la commune : les promeneurs se portant vers d’autres points de la banlieue, où les moyens de communication se trouvent à la fois plus nombreux, plus rapides et plus économiques »
(Délibération du conseil municipal D1/14)

 

25 février 1899
Le conseil municipal constate que « l’épandage de la plaine de Créteil arrête la construction de villas, mais il ne faut pas oublier que les terrains irrigués sont la propriété de l’Assistance publique. ….Cette administration a pris la précaution de défendre dans ses cahiers de charges, la fourniture aux hospices et hôpitaux de légumes provenant des plaines d’épandage….Les légumes de cette provenance ne se conservent pas et n’ont pas les qualités nutritives des plantes de même nature cultivées dans un sol naturel ».
Projet d’installation de drains collecteurs pour l’absorption des eaux en excédent
(Délibération du conseil municipal D1/14)

 

« Une souscription est ouverte pour l’érection d’un monument à la mémoire de M. le docteur Octave du MESNIL (maire de Créteil de 1873 à 1884) dans le cimetière du Père La Chaise sur le terrain que la ville de Paris vient de concéder pour sa sépulture ».
(Délibération du conseil municipal D1/14)

 

Mme FILLIOU, directrice de l’école publique de filles « sollicite la création d’un cours de dessin industriel destiné aux élèves fréquentant cet établissement….accepté et créé à la rentrée scolaire de Pâques » par le conseil municipal.
(Délibération du conseil municipal D1/14)

 

Vœu « afin que la compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée fasse établir une halte au carrefour Pompadour ….considérant que le développement de la production agricole et industrielle est incessant et s’accroît d’année en année ; que la population ne peut augmenter et donner à cet accroissement une impulsion plus vive que si les moyens et facilités de communications sont rendus plus nombreux».
(Délibération du conseil municipal D1/14)

 

Jeu de boule : demande faite au maire en vue de l’installation sur un coté de l’avenue de la République.
(Délibération du conseil municipal D1/14)

 

Printemps 1899
Le conseil d’Etat vote les « 20 lignes de tramway de pénétration…Parmi ces lignes est comprise celle à traction électrique, de Bonneuil-place de la Concorde ».
(Délibération du conseil municipal D1/14)

 

5 avril 1899
Antoine GIGNOUX, (officier de l’instruction publique, percepteur honoraire), maire, démissionne pour des raisons de santé, mais reste conseiller municipal.

 

27 mai 1899
Henri Eugène GEFFROY (éditeur) élu maire jusqu’en 1919.
Délibération du conseil municipal D1/14)

 

23 juin 1899
Souhait du conseil municipal « d’acheter un tonneau d’arrosage à traction de cheval ».
(Délibération du conseil municipal D1/14)

 

Le préfet, autorise « la Société de jeu de boules de Créteil » à se constituer et à fonctionner régulièrement. Le président fondateur est M. CAILLET ».
(AM)

 

Juillet 1899
Distribution des prix aux enfants des écoles publiques : livres, livrets de Caisse d’épargne, médailles, et jouets (pour les enfants de maternelle uniquement).
(AM D2/34)

 

24 août 1899
Achat du «tonneau d’arrosage à traction de cheval, modèle de la ville de Paris, auprès de M. DUREY SOHY, ingénieur constructeur, demeurant à Paris, 17 rue Lebrun ».
(Délibération du conseil municipal D1/14)

 

29 août 1899
Les municipalités de Saint-Maur et Créteil engagent des pourparlers en vue de l’étude d’un projet d’établissement d’une passerelle sur la Marne à l’emplacement du barrage existant à la pointe supérieure de l’île des Peupliers.
(Délibération du conseil municipal D1/14)

 

23 septembre 1899
Décès d’Antoine GIGNOUX, (ancien maire de 1895 à 1899), démissionnaire le 5 avril 1899, pour raison de santé.
(Délibération du conseil municipal D1/14)

 

29 novembre 1899
Crèche municipale : arrêté préfectoral qui fixe à 20, le nombre des enfants.
(Délibération du conseil municipal D1/14)

 

14 novembre 1899
Vœu du conseil municipal : « que la ligne du chemin de fer de Vincennes, dont le terminus est actuellement à la place de la Bastille soit prolongée dans Paris jusqu’à la place de la République, en passant par le boulevard Richard Lenoir et l’avenue de la République ».
(Délibération du conseil municipal D1/14)

 

24 décembre 1899
Le conseil municipal adopte la « proposition de Mme veuve BECKER, demeurant 43, rue des Ecoles, d’installer et d’entretenir 2 cabines gratuites sur les bords du Bras du Chapitre destinées aux fillettes et aux garçonnets », contre une subvention de 100 f par an.
(Délibération du conseil municipal D1/14)

 

Le conseil municipal décide de « réorganiser le service des gardes champêtre, afin de permettre une surveillance plus active » compte tenu des « nombreux vols qui se commettent sur le territoire de la commune».
(Délibération du conseil municipal D1/14)