Chronologie : de 1940 à 1949
photo d'un vieux chateau de creteil
Ces chronologies peuvent comporter des lacunes ou des erreurs. Par avance, veuillez nous en excuser. Pour toutes suggestions ou rectifications écrivez-nous à l'adresse suivante : archives@ville-creteil.fr


1940

• 9 933 habitants, 2 500 maisons, 58 maraîchers.
(AM F1/3 F6/4)
 
Chômeurs secourus en janvier 1940 : 364
1er mai 1940 : 156 chômeurs secourus dont 86 femmes
Chômeurs : novembre : 772
(AM délibération du conseil municipal D1/26)
 
• 3 voitures de tourisme, 4 commerciales, 2 camions, 1 camionnette.
(AM D4/13)

 
• Industries recensées à Créteil : Vinaigrerie : rue Sainte-Marie ; fabrique de vernis : Pyrolac : rue de l’Echat ; crayons Marquise : route d’Alfort; Leroy : avenue Laferrière ; Vapereau : rue des Ecoles ; usine de petite métallurgie dite « usine d’orfèvrerie » Boulenger : rue de Mesly.
(AM H4/6)

 
Le corps des sapeurs-pompiers de Créteil comprend 22 hommes.
(AM H3/1)
 
• Les cours d’adultes (créés en 1931) ont lieu dans la salle de la justice de paix. Le maire forme une commission municipale de ravitaillement « qui répartira les stocks au fur et à mesure des besoins. Elle comprend des membres du conseil municipal et des commerçants ».
(AM D2/30)

• Le maire forme une commission municipale de ravitaillement « qui répartira les stocks au fur et à mesure des besoins. Elle comprend des membres du conseil municipal et des commerçants »
(AM D2/30)
 
Janvier 1940
Transports : suppression de la ligne n°13 (autobus)
« En raison de ses résultats déficitaires…la liaison reste assurée entre Créteil et Paris par la ligne n° 104 et par la ligne n°103 qui est déviée par les quais de la rive droite ».
(Délibération du conseil municipal D1/26)
 
21 janvier 1940
Armand GINTRAND, conseiller municipal, (artisan miroitier, 169, Grande-Rue), est déchu en tant que membre du conseil municipal (car faisant parti de la section française de l’internationale communiste), conformément à l’article 2 de la loi du 20 janvier 1940.
(AM D2/30)
 
22 janvier 1940
Le conseil municipal communique : « nous avons de bonnes nouvelles de tous nos petits réfugiés d’Audierne et de Suilly-la-Tour ».
(Délibération du conseil municipal D1/26)
 
Mars 1940
Aide aux mobilisés et à leur famille : « Il a été distribué depuis 3 mois : 55 pull-over, 28 paires de chaussettes, 12 passe-montagnes, de la laine à tricoter, des gants et des vêtements divers. Les permissionnaires touchent une prime de 25 f accordée à ceux d’entre eux qui en manifestent le désir ». (Délibération du conseil municipal D1/26)
 
Avril 1940
• La municipalité prépare l’évacuation obligatoire des enfants de plus de 6 ans.
(AM D2/30)

• « Les autobus viennent d’être réquisitionnés ; la population ne dispose plus d’aucun moyen pour se rendre à Paris, à part le chemin de fer du P.L.M. (Paris Lyon Marseille) ».
(AM D2/30)
 
23 avril 1940
Réception définitive des travaux d’agrandissement de l’école de filles et de l’école maternelle.
(Délibération du conseil municipal D1/26)
 
Mai 1940
• Ordre d’évacuer les enfants de l’orphelinat. Ils sont placés dans des familles à Arquian, Annau et Neuvy-sur-Loire puis rassemblés dans un château à 3 km d’Arquian.
1er mai 1940 : 156 chômeurs secourus dont 86 femmes.
 
• Chômeurs : novembre : 772.
(AM délibération du conseil municipal D1/26)
 
13 juin 1940
Evacuation des archives municipales par M. JOYEN : « la gendarmerie avait donné l’ordre de détruire les archives ou de les évacuer ».
(Délibération du conseil municipal D1/26, p.302-304)
 
Été 1940
Réquisition du matériel automobile communal.
(Délibération du conseil municipal D1/26)
 
Juillet 1940
Démission du conseil municipal.
 
17 juillet 1940
Retour des enfants de Créteil évacués en Bretagne (Audierne), château de Loquéran, en raison de la réquisition du château, par les allemands.
(AM Délibération du conseil municipal D1/26)
 
12 août 1940
Les allemands réquisitionnent le 8 ter, avenue de ceinture, pour leurs unités de la police du feu (feueurschulzpolizei).
(AM H4/15)
 
13 août 1940
Retour des enfants de Créteil évacués à Suilly-la Tour (Nièvre).
(AM Délibération du conseil municipal D1/26)
 
27 août 1940
Arrivée des troupes allemandes.
 
28 août 1940
Les troupes allemandes occupent Créteil, elles sont formées de 200 hommes et logent au n°38, rue Paul François Avet, puis à l’école de filles. « on a pu éviter le logement chez l’habitant sauf pour 3 officiers qui sont logés dans la propriété Dupeyroux….. Les allemands procèdent à de nombreuses réquisitions : literie, meubles, postes de TSF, motocyclettes, voitures et vivres ».
(AM Délibération du conseil municipal D1/26)
 
Septembre 1940
• Le Comité intercommunal de la production agricole en temps de guerre souligne les difficultés rencontrées pour obtenir l’essence nécessaire aux maraîchers.
(AM F3/6)
 
• Gros dégâts, causés dans la plaine de Créteil, par la construction des tranchées pour la défense de Paris.
(AM F3/6)
 
• « La mairie a embauché un interprète, qui est un de nos concitoyens…il donne satisfaction et a évité des tuiles sérieuses ».
(AM D2/30)
 
7 septembre 1940
Retour à Créteil des enfants de l’orphelinat.
 
30 septembre 1940
• Rentrée scolaire : « En raison de ce que l’école de filles est occupée par des troupes allemandes, les classes de filles ont lieu dans les locaux de l’école maternelle et dans l’immeuble communal sis 38, rue Paul François AVET. L’école ou maternelle du centre est transférée provisoirement dans une dépendance de l’école de garçons »….
Le maire déclare au conseil municipal : « j’ai assisté à la 1ère leçon de l’année qui a revêtu un véritable caractère de grandeur. Incontestablement il semble que les enfants aient compris la gravité du moment et le rôle qui leur incombe en raison des circonstances ».
(Délibération du conseil municipal D1/26)
 
• Cantine scolaire : il est servi aux enfants une soupe, un plat de légumes, quelques fois de la viande pour
3 f. (le pain et la boisson ne sont pas fournis).
(Délibération du conseil municipal D1/26)
 
Octobre 1940
• Certaines troupes allemandes quittent la commune et sont remplacées par des pompiers allemands. Le château des Buttes est occupé ; les allemands demandent son aménagement complet.
(AM Délibération du conseil municipal D1/26)
 
• Les allemands réquisitionnent le 3, avenue Sainte-Marie, pour une section de police du feu .
(AM H4/15)
 
5 octobre 1940
De nouvelles troupes allemandes arrivent (100 personnes) du Schwartz Korps. Elles « occupent la cuisine de la salle des fêtes ».
(AM Délibération du conseil municipal D1/26)
 
12 octobre 1940
Création d’un Comité du ravitaillement composé de représentants de l’Union des commerçants, industriels et entrepreneurs de Créteil et de membres de la municipalité.
(AM Délibération du conseil municipal D1/26)
 
Novembre 1940
• Le maire engage des démarches auprès du Kreiskommandantour de Paris-Est pour «le dégagement des écoles de Créteil actuellement occupées par les allemands ».
(AM Délibération du conseil municipal D1/26)
 
• Poste : le maire « A la suite de nouvelles acquisitions de propriétés, j’envisage d’édifier ce bâtiment sur le terrain communal situé place de la mairie et rue Paul François Avet.
L’étude du projet et sa mise au point pour entrer dans une phase active devrait durer 2 mois au maximum après approbation de l’administration, et la réalisation de la construction environ 6 mois ».
(AM M1/3)
 
28 novembre 1940
La municipalité et le « Comité d’entraide d’hiver » organise une cantine populaire.
«au profit des personnes nécessiteuses de Créteil».
(AM Délibération du conseil municipal D1/26)
 
Décembre 1940
« Les allemands se plaignent que les draps sales envoyés au lavage sont revenus aussi sales qu’ils étaient partis. J’en ai saisi M. FAIDHERBE, le blanchisseur de la rue Paul François Avet, qui m’a exposé que dans les draps neufs, les allemands ont couché, avec leur bottes et qu’il est très difficile d’obtenir un nettoyage correct ».
(AM H4/6)
 
6 décembre 1940
« Sur une maison habitée par des officiers, une inscription à la peinture a été faite : « A bas les boches ». Le capitaine REUSS a saisi la Kommandantur de Nogent de cet événement, et la commune de Créteil est menacée de représailles, si nous ne faisons pas effacer immédiatement cette inscription ».
(AM H4/6)
 
15 décembre 1940
« Plusieurs allemands gradés supérieurs quittent leur cantonnement de Créteil, afin de rejoindre leur poste de policier à Berlin ».
(AM H4/6)
 
Noël 1940
Les enfants dont le père est mort pour la France ou prisonnier de guerre, ont droit à « une distribution de jouets et de friandises, que les mamans pourront venir chercher et déposer dans le sabot de Noël de leurs enfants ».
(AM D2/7)
 
Hiver 1940-1941
« Journée de l’ assiette et de la poignée de laine » et « journée du Maréchal » organisées par la municipalité. Elles ont permis de recueillir 4 525,50 f et des dons en nature. « Par ailleurs, les enfants des écoles ont recueilli plus de 3 000 f ».
(AM Délibération du conseil municipal D1/26)
 

1941


• Les allemands ont réquisitionnés : le château des Buttes, le 6 bis, 8 ter, 37, 51, et 17, avenue de ceinture, le 3, avenue Sainte-Marie.
(AM H4/15)

 

• Pendant toute l’occupation des troupes allemandes à Créteil : les ordures ménagères ne sont jamais enlevées. Toute cette année, Créteil voit des troupes allemandes de passage qui restent en général.
48 heures.
(AM H4/6)

 

• Colonies de vacances : le château de Loquérant à Audierne dont la commune est locataire est occupé par les troupes allemandes.


• Les cours d’adultes (créés en 1931) ont but l’obtention du certificat d’études primaires (C.E.P.) « Ils ont lieu à l’école de garçons non plus le soir à cause des difficultés de camouflage, mais le dimanche de 9h30 à 12 h ». Les cours sont assurés par un instituteur et le directeur de l’école. « La fréquentation moyenne est d’une trentaine d’élèves avant 1939-1940 et d’une quinzaine depuis ».
(AM D2/17)

 

• Hôpital intercommunal : présence de 30 sœurs soignantes.
(AM H4/21)

 

• Lutte contre les doryphores : « les enfants des écoles sont mis à la disposition des cultivateurs en vue d’effectuer le ramassage de ces insectes. Chaque école fourni 200 à 250 enfants accompagnés et surveillés par des instituteurs 2 après midi par semaine mercredi et samedi ».
(AM F3/4)

 

Janvier 1941
Les troupes d’occupation n°1 SS quittent Créteil.
(AM H4/6)

 

12 janvier 1941
Les allemands réquisitionnent le 51, avenue de ceinture pour une section d’infanterie allemande.
(AM H4/15)

 

Février 1941
« Nous avons pu réinstaller nos fillettes dans leur école…mais l’immeuble communal sis rue Paul François AVET n°38 est occupé…nous avons une nouvelle Kommandantur ce qui est malheureux pour nous ». le maire.
(AM Délibération du conseil municipal D1/26)

 

• Les troupes allemandes de la Luthvaffe (aviation) arrivent (90 hommes, dont 10 officiers).
(AM H4/6)

 

1er février 1941
• Le conseil municipal constate « nous avons quotidiennement des mutations dans les troupes allemandes qui stationnent à Créteil. On nous demande la plus part du temps dans un délais très bref des fournitures, des travaux ou de la main d’œuvre et nous avons presque journellement de graves ennuis à ce sujet ».
(AM Délibération du conseil municipal D1/26)

 

• Les allemands réquisitionnent le 17 et 37, avenue de ceinture pour une unité de police du feu.
(AM H4/15)

 

• Grande rue : le conseil municipal, nommé par le ministère de Vichy, a décidé d’attribuer à cette rue la dénomination : rue du Maréchal PETAIN.
(AM Délibération du conseil municipal D1/27)

 

Mars à juin 1941
Au Mont-Mesly, un poste de guetteur de l’aviation allemande fonctionne.

 

6 août 1941
Sur le perron de la kommandatur, (château des Buttes) une poule écrasée a été déposée avec une pancarte attachée au cou, portant l’inscription suivante « j’aime mieux être crevée que de pondre encore pour les boches ».

 

9 août 1941
« Nous enregistrons l’arrivée d’une trentaine d’hommes venant de Cherbourg et partant pour la Russie ».
(AM H4/6)

 

1942


• Vœu des membres du bureau de bienfaisance « relatif à la création à l’hôpital intercommunal d’un service destiné à l’hospitalisation des vieillards ».
(AM Q1/10)

 

• Chômeurs secourus : 85 en août.
(AM délibération du conseil municipal D1/27)

 

• Service civique rural (lois des 9 et 10 mars 1941 relative à la réquisition de main d’œuvre adulte nécessaire à l’exécution des travaux de la campagne agricole de 1941 et l’autre instituant un service civique rural en vertu duquel peuvent être requis les jeunes gens de 17 à 21 ans) : 6 demandes d’engagement volontaire à Créteil.
(AM H4/4)

 

1er trimestre 1942
Monument à la mémoire du général LADREIT de la CHARRIERE et des soldats tués au combat du Mont-Mesly : buste du général pris par les allemands, au titre des métaux non ferreux avec celui du docteur MONFRAY. Le maire : « Robert DANDOIS propose son concours pour récupérer une masse de métal équivalente pour sauver ces deux bustes…il n’a pas été possible de donner suite à cette proposition…j’ai vu avec émotion le burin des ouvriers détacher de leur socle ces deux symboles ces deux symboles de bienfaisance et de gloire militaire ».
(AM Délibération du conseil municipal D1/26 p.406)

 

21 mars 1942
Nouveau conseil municipal installé. Nommé, en vertu de l’arrêté de M. le préfet de la Seine en date du 20 février 1942. Joseph Antoine VINCENT (industriel) nommé maire jusqu’au 21 août 1944.
(AM Délibération du conseil municipal D1/26)

 

31 mai 1942
Fête des mères : « cérémonie officielle à la salle des fêtes avec un programme artistique réservé par priorité aux mères de famille ».
(AM délibération du conseil municipal D1/26 I1/11)

 

30 septembre 1942
Maître Jean-Marie, Paul TOLLU, notaire, a été nommé par le Garde des Sceaux, notaire à Charenton-le-Pont, en remplacement de M. CROS décédé.
(AM délibération du conseil municipal D1/27)

 

22 octobre 1942
Arrivée d’une lettre à la mairie de Créteil demandant le « recensement des locaux d’habitation appartenant ou loués à des juifs » en date du 20 octobre 1942, signée par le délégué du préfet de la Seine.
(AM H4/11)

 

Novembre 1942
• Les cours d’adultes continuent à raison de 3 séances par semaines, avec 2 maîtres.
(AM D2/17)

 

• Création d’une chaire d’allemand (2ème langue vivante au cour complémentaire). « La commission, se référant aux nouvelles dispositions des programmes et au vœu présenté en ce sens et par la direction de l’enseignement de la Seine, se déclare favorable à cette création ».
(AM D2/17)

 

7 décembre 1942
Liquidation de l’organisme cristolien d’Assistance féminine par le travail au foyer.
Le travail était fourni par l’intendance militaire.
M. BLANCHARD, président de l’œuvre, M. DEBACQ administrateur-trésorier.
(AM délibération du conseil municipal D1/27. P.3-4)

 

14 décembre 1942
Décès de M. FOUILLON, lieutenant commandant du corps communal des sapeurs-pompiers.
(AM délibération du conseil municipal D1/26)

 

1943


• Agrandissement de la place de l’église.


• Chômeurs secourus : 21 en août, alors qu’il était de en 85 en 1942.
(AM délibération du conseil municipal D1/27)

 

• Bibliothèque municipale : sur 80 communes du département de la Seine (sauf Paris), « Créteil arrive au 44ème rang d’après le nombre de volumes sortis et à l’avant dernier rang si l’on tient compte des dépenses en achat de livres et reliures par habitants : 3 centimes ».
(AM. D2/15)

 

• Le conseil municipal émet le vœu que l’octroi intercommunal de la région parisienne soit supprimé.
(AM délibération du conseil municipal D1/27)

 

26 février 1943
Concours de bonne tenue et d’aménagement organisé par le Touring club de France. Créteil obtient 1 médaille de bronze, 1 diplôme d’honneur. Le Touring constate « le bon entretien des voies publiques, l’amélioration, la présentation et l’agrément du territoire communal ».
(AM délibération du conseil municipal D1/27)


7 mars 1943
Visite de son éminence le Cardinal SUHARD, archevêque de Paris.
(AM délibération du conseil municipal D1/24)

 

22 mars 1943
Service du travail obligatoire (S.T.O.) suite à la loi du 18 février portant institution du service : 9 jeunes cristoliens partent en Allemagne. Plus tard il y en aura jusqu’à 173.
(AM H4/5)

 

29 juin 1943
Le syndicat d’initiative de Paris et du département de la Seine organise une conférence promenade intitulé « Créteil : village du terroir de Brie ».
(AM délibération du conseil municipal D1/27)

 

13 août 1943
« 28 enfants de Créteil sont dirigés sur le département du Doubs à Maizey (18 km de Besançon). Ils sont placés dans des familles et sont accompagnés par leur instituteur M. MILLER. Il y exerce une surveillance sur place ».
(AM délibération du conseil municipal D1/27)

 

10 septembre 1943
Carmel Sainte-Thérèse, 9 rue du Moulin : la reconnaissance légale est accordée à la communauté des religieuses carmélites.
(AM P1/2)

 

Novembre 1943
Projet de création d’un cours d’enseignement ménager.
(AM D2/17)

 

1944


• Les allemands réquisitionnent les chiens de Créteil.
(AM H4/15)

 

• Chômeurs secourus par la commune : 13.
(AM Délibération du conseil municipal D1/27)

 

8 janvier 1944
« Une section locale du Comité d’entraide aux travailleurs français en Allemagne a été constituée. Elle a étudié les mesures à prendre en faveur de nos compatriotes expatriés. Le président du comité est M. VINCENT le vice président M. CATEL.Une permanence a lieu pour la réception des colis destinés aux travailleurs français en Allemagne ».
(AM Délibération du conseil municipal D1/27)

 

21 et 22 janvier 1944
Le maire M. VINCENT assiste à « Vichy à une réception, donnée par le chef de l’état le Maréchal PETAIN et le chef du gouvernement, en l’honneur des maire du département de la Seine ».
(AM Délibération du conseil municipal D1/27)

 

28 janvier 1944
Chauffoir municipal : « compte tenu des rigueurs de la température et de l’impossibilité qu’éprouvent nos concitoyens âgés à se procurer du combustible, est installé un refuge dans un local attenant à l’annexe de la mairie…les personnes pourront procéder à des lectures et à de menus travaux de couture, tricotage, raccommodage à l’exclusion de toute manifestation politique religieuse ou commerciale ».
(AM Délibération du conseil municipal D1/27)

 

Février 1944
Gare Pompadour : « un train de défense contre avions est actuellement installé sur une voie de garage, près de la gare Pompadour ».
(AM Délibération du conseil municipal D1/27)

 

29 février 1944
Les 28 enfants de Créteil sont toujours dans le Doubs. Ils étaient partis le 13 août 1943.
« La commune de Créteil remboursera, au département du Doubs, la somme de 15 f par journée de présence dans un centre d’accueil ».
(AM Délibération du conseil municipal D1/27 p. 186-187 liste des enfants)

 

2 mars-25 août 1944
Les allemands réquisitionnent le 17, avenue de ceinture pour une section féminine de l’armée allemande.
(AM H4/15)

 

10 avril 1944
Bombardements de l’aviation américaine.
L’école de Créteil est particulièrement touchée : la bombe est tombée au pied de la cour séparant les 2 écoles (filles/garçons). L’école de filles et l’école maternelle devront être restaurées. La salle des fêtes et les bains-douches sont touchés. 18 immeubles sont totalement détruits et 90 partiellement. Il y a 40 victimes, 46 blessés hospitalisés.
(AM Délibération du conseil municipal D1/27, H4/10)

 

22 juin 1944
L’aviation allemande (D.C.A.) abat un avion à Joinville-le-Pont, les 4 aviateurs anglo-américains morts, sont transportés à l’hôpital intercommunal.
(AM D2/15)

 

4 juillet 1944
Bombardement : 23 points de chute dans la plaine, pas d’immeubles atteints.
(AM H4/10)

 

28 juillet 1944
Un centre infantile est ouvert à la salle des fêtes pour distribuer du lait de ferme, aux enfants de 0 à 9 mois.
(AM D2/15)

 

11 août 1944
Les alertes succèdent aux alertes. Les allemands commencent à réquisitionner les bicyclettes.

 

12 août 1944
• Des résistants s’emparent du dépôt de la police d’état à Créteil : plus de 1 000 tonnes d’objets divers (paires de chaussures et autres objets d’équipement).


• Les autobus ne fonctionnent plus.

 

18 août 1944
A Bonneuil, une bombe de la « Ballatierre », fait 3 morts cristoliens.
(AM H4/22)

 

21 août 1944
• Dans la nuit un coup de feu est le signal de la prise de la mairie par les Forces françaises de l’Intérieur (F.F.I.). Le maire, Joseph, Antoine VINCENT, le secrétaire de mairie et 2 collaborateurs sont conduits à l’école maternelle ou ils sont gardés. Le drapeau à croix gammée ne flotte plus au balcon du château des Buttes, siège de la kommandantur.
• On désigne comme président du « Comité de libération » Eloi, Jean-Baptiste ALDEBERT du parti socialiste, et vice-président Alexis PECH de l’Union des syndicats.
(AM Délibération du conseil municipal D1/27)

 

22 août 1944
Désignation des 8 membres du Comité local de Libération : Eloi ALDEBERT, Alexis PECH, Jean JOLY, Guy PAVY, Paul POCHAT, Berthe VELUD Jean PERCHAUD, André GABEREAU, René HESNARD.
(AM Délibération du conseil municipal D1/27 p. 207)

 

25 août 1944
Les allemands tiennent toujours la plaine de Créteil et occupent le Mont-Mesly. Accrochages très sérieux au carrefour de la nationale 19 et de la route de Choisy entre allemands et français.

 

26 août 1944
Bombardements de l’aviation allemande : « ils atteignent le haut du pays », rue Monfray, la Grande Rue. 18 décès, 22 blessés admis à l’hôpital, 97 sinistrés dont 41, classés totaux et 56 partiels. Immeubles totalement détruits : 2, partiellement : 60.
(AM Délibération du conseil municipal D1/27)

 

27 août 1944
Evacuation du quartier autour de la rue Monfray pendant quelques jours : « La bombe allemande n’avait pas explosé et pouvait le faire à tout moment ». Il fallut plusieurs jours pour trouver un artificier.

 

30 août 1944
Fin de l’occupation allemande à Créteil.
Une formation motorisée américaine occupe Créteil.

 

11 septembre 1944
Le « Comité local de libération », sous la présidence de M. Eloi ALDEBERT, se réuni, pour former le conseil municipal, en exécution de l’ordonnance d’Alger du 21 avril 1944.
(AM Délibération du conseil municipal D1/27 p. 208-209)

 

9 octobre 1944
Un goûter est offert aux enfants des écoles publiques et privées de Créteil à la demande de la commission de ravitaillement du Comité provisoire de libération (C.P.L.).
(AM délibération du conseil municipal D1/27)

 

Octobre 1944
Les activités de « l’Amicale des élèves et anciens élèves des écoles publiques de Créteil » (créée en octobre 1907) reprennent

 

11 octobre 1944
• Le « Comité de libération nationale de Créteil » invite « la population à déposer au siège de l’U.F.F. des couvertures, des lainages et des casques qui seront remis aux vaillants combattants sur le front de l’est ».
(AM Délibération du conseil municipal D1/27)

 

• Rues : « le Comité de libération nationale décide de débaptiser 5 artères de Créteil et de donner à ces voies les noms d’Estienne d’ORVES, Gabriel PERI, Jean JAGUIN,
Robert LEGEAY et Juliette SAVAR, pour célébrer le 21 octobre, où nombre de patriotes furent fusillés à Chateaubriant ».
(AM Délibération du conseil municipal D1/27 p.212)

 

18 octobre 1944
• Le « Comité de libération nationale de Créteil » émet le « vœu pour que soit engagé d’urgence l’action énergique d’épuration en France ».

(AM Délibération du conseil municipal D1/27 p.215-216, 220-221)

 

• Caisse des écoles : « une répartition de galoches sera faite aux enfants ne possédant pas de chaussures en bon état. Cette fourniture sera consentie gratuitement aux enfants de prisonniers et à ceux dont la situation de famille ressort de l’état de nécessité. Une participation modique sera exigée des autres familles ».
(AM Délibération du conseil municipal D1/27)

 

Novembre-décembre 1944
Crue de la Marne, inondations supérieures à celles de 1930.
(AM Délibération du conseil municipal D1/27)

 

1er novembre 1944
L’explosion d’un train de munitions «en gare de Vitry a causé des dégâts et fait des victimes à Créteil : on compte 2 décès et 33 points de chute de retombées diverses».
(AM Délibération du conseil municipal D1/27)

 

7 novembre 1944
• Le «Comité de libération nationale de Créteil » décide d’attribuer le château des Buttes (occupé par les Forces Française de l’intérieur F.F.I.) au « Mouvement des prisonniers et déportés » « afin d’y recevoir à leur retour, les camarades prisonniers et déportés ».
• Il proteste énergiquement « contre les menées et agissements de la 5ème colonne et contre des décisions du gouvernement qui pourraient paralyser l’action des organisations de la résistance groupées dans les Comités locaux, Comités départementaux et Conseil national de la résistance, qui sont seuls l’expression de la volonté populaire en attendant les élections ».
(AM Délibération du conseil municipal D1/27)

 

12 novembre 1944
Conseil municipal provisoire : élections.

 

18 novembre 1944
Eloi Jean-Baptiste ALDEBERT (instituteur) nommé maire jusqu’en 1945.

 

1940 - 1er octobre 1945
Prisonniers Cristoliens de guerre : 196, déportés politiques : 0, travailleurs cristoliens .
requis : 106.

 

1945


• Soldats cristoliens tués pendant la campagne 1939-1940, décédés en captivité ou des suites de captivité : 20 ; soldats cristoliens des forces françaises de l’intérieur (F.F.I.) tués en service commandé : 3.
(AM H4/22)

 

• Il y a deux salles de cinéma à Créteil.

 

Janvier 1945
Chômeurs secourus par la commune : 16.
(AM délibération du conseil municipal D1/27)

 

Janvier 1945
Chauffoir municipal : « ouvert tous les jours de la semaine y compris le dimanche de 9 heures à 12 h et de 14 h à 17 heures ».
(AM délibération du conseil municipal D1/27)

 

19 janvier 1945
Mort de Myrtil PLICHON (1861-1945), médecin à Créteil de 1861 à 1933.
à l’âge de 84 ans. Enterré à Créteil.

 

28 janvier 1945
• Le conseil municipal se déclare en faveur d’une décoration picturale à l’école de fille :
« M. BERROCTA, peintre décorateur, a été chargé par le conseiller d’état, secrétaire général des Beaux-Arts, de la décoration du préau de l’école de filles. Les peintures situent la femme dans les différents métiers qui l’attendent à la sortie de l’école…. Etablies dans des teintes claires, elles auront pour mission de développer chez les jeunes filles le goût du travail et d’éveiller en elles l’instinct professionnel…en accord avec l’architecte j’ai donné mon assentiment à la réalisation de ce travail qui ne pourra en tout état de cause être entrepris avant la réparation des locaux scolaires détériorés par le bombardement »
(AM délibération du conseil municipal D1/27)

 

• Epuration du personnel communal sur avis de la commission municipale d’épuration :
• Un surveillant de voirie : déplacement d’office de l’intéressé.
• Le secrétaire général de la mairie et sa femme, sous chef de bureau : révocation sans pension.
• Un conducteur de travaux : arrêté de révocation.
• Ces agents étant logés, des congés leur ont été envoyés .
(AM délibération du conseil municipal D1/27 p.234-235)

 

12-16 février 1945
Crue de la Marne, inondations. Les eaux sont montées de 5,20 m.
(AM Délibération du conseil municipal D1/27)

 

27 février 1945
Création du Comité local de coordination pour l’aide aux prisonniers déportés et réfugiés, « conformément aux directives qui ont été données par M. le préfet de la Seine ».
(AM Délibération du conseil municipal D1/27)

 

Mars 1945
Château des Buttes : le lieutenant colonel CANLER, Major du secteur 2, réquisitionne pour Vincennes le mobilier entreposé et acquis par les allemands au grand regret du conseil municipal.
(AM délibération du conseil municipal D1/27)


9 mars 1945
• Suite à la visite du général de GAULLE, à Saint-Maur-des-Fossés, le 27 janvier 1945
« il remet une somme d’un million en vue d’aider les maires du département de la Seine à soulager les plus grandes infortunes… La commune de Créteil reçoit 5 000 f ».
(AM délibération du conseil municipal D1/27)

 

• Création du « Comité local de coordination pour l’aide aux prisonniers déportés et réfugiés ».
(AM délibération du conseil municipal D1/27)

 

16 mai 1945
Naissance d’Annie CHANCEL dite « SHEILA » à Créteil.

 

18 mai 1945
Paul Théodore Gaston CASALIS (médecin) élu maire jusqu’en 1953.

 

14 juin 1945
Le maire d’Audierne fait savoir que la préfecture du Finistère réquisitionne le château de Loquéran (dont la commune de Créteil est locataire à bail annuel) pour des anciens prisonniers sans famille. « La commune souhaite qu’en 1946 la levée de réquisition soit levée pour permettre aux enfants de la localité un séjour marin dont 4 années d’occupation les ont privés au mépris de leur santé ».
(AM délibération du conseil municipal D1/27)

 

24 juin-2 juillet 1945
Semaine de l’enfance : « ventes de vignettes et quêtes sur la voie publique pour répartir les gains aux colonies municipales, à l’Union des femmes françaises de Créteil, à l’Association des familles françaises et à l’Orphelinat de garçons ».
(AM délibération du conseil municipal D1/27)

 

Juillet 1945
Distribution des prix : la commune dote de livrets de caisse d’épargne un certain nombre d’écoliers.
(AM D2/17)

 

14 juillet 1945
Retraite aux flambeaux, bal, orchestre de jazz, défilé, feu d’artifice.
Distribution de légumes aux indigents dans le préau de l’école de garçons, course cycliste, Séance récréative pour les enfants. « Quête au profit de l’organisme « Victoire » dont l’activité a rendu tant de service aux soldats mobilisés ».
(AM D2/7)

 

7 août 1945
Départ en colonie scolaires de vacances en Forêt Noire : château de Honigsfeld pour
99 enfants encadrés par 8 surveillants.
(AM délibération du conseil municipal D1/27 p.336-338)

 

28 août 1945
La Caisse des écoles reprend ses activités, cessées le 4 juillet 1939.
(AM D2/37)

 

2 novembre 1945
• « J’ai l’honneur de remercier cordialement la commune de Créteil de l’accueil qu’elle a préparé aux officiers polonais, rapatriés en France. Je suis persuadé que l’hospitalité de la commune restera pour toujours gravée dans la mémoire de nos camarades ».
Lettre du lieutenant colonel KARDASZEWICZ, commandant le camp militaire polonais n°1, caserne Bessière, Paris 17ème arrondissement.
(AM délibération du conseil municipal D1/27)


• Intervention du conseil municipal en faveur des républicains espagnols ALVAREZ et ZAPIRAN « qui ont combattu aux cotés des patriotes français pour libérer notre pays de l’envahisseur nazi ».
(AM délibération du conseil municipal D1/27 p.371)

 

9 novembre 1945
Création d’un atelier pour le travail du bois et du fer à l’école de garçons.
(AM D2/17)


21 novembre 1945
• Création d’un patronage laïque municipal pour les enfants de moins de 14 ans : adoption des statuts. Son but est la « distraction, les lectures, les promenades , les jeux sportifs….les discussions politique ou religieuse sont interdites dans les réunions ».
(AM délibération du conseil municipal D1/27 p.395-397)

 

• Rue Jean-Baptiste CHAMPEVAL
Il est décidé de donner à l’avenue de VERSAILLES (chemin vicinal n°13), le nom de « Avenue CHAMPEVAL ».
(AM délibération du conseil municipal D1/27)

 

• GRANDE RUE : « la dénomination GRANDE RUE est redonnée à la route nationale
n°19 dans la traversée de Créteil ». De 1941 à la Libération de Créteil elle s’appelait rue du Maréchal PETAIN.
(AM délibération du conseil municipal D1/27)

 

• Vœu tendant au « classement de la commune de Créteil dans la liste des communes sinistrées suite au 2 bombardements aériens dans les nuits des 10 avril 1944 et 26 août 1944 ».
(AM délibération du conseil municipal D1/27 p.408)

 

1946


10 833 Cristoliens, 223 établissements commercial et industriel, 115 exploitations agricoles.
(AM F1/3)

 

• Création et constitution du conseil d’administration du « Patronage laïque municipal » Créé en 1945.
(AM délibération du conseil municipal D1/27)

 

1er janvier 1946
Bibliothèque municipale : « institution d’un droit d’inscription annuel de 20 f prenant effet au 1er janvier ».
(AM délibération du conseil municipal D1/27)

 

25 janvier 1946
• Le centre infantile du 5, rue de Saint-Maur, cesse son activité.
« Les postiers ont été installés dans ce local afin de procéder au tri quotidien du courrier… La direction des finances voudra peut être destiner ce local à la création d’une recette perception ».
(AM délibération du conseil municipal D1/27 p. 420-423)

 

• Projet de création d’un « poste de police intercommunal Créteil-Bonneuil, sur la demande du commissariat de police de Saint-Maur. Ce poste serait situé dans les bureaux de l’octroi 235 Grande Rue ».
(AM délibération du conseil municipal D1/27 p. 423)

 

• Création du 1er emploi de jardinier au service de la voirie communale : « certains travaux de jardinage et d’horticulture sont assurés par un ouvrier communal spécialisé dans ce genre de travail. Cet agent procède à la taille d’arbustes, à l’ensemencement et à la coupe du gazon. Il effectue ces travaux depuis plusieurs années et fait ainsi réaliser des économies appréciables aux finances communales…Considérant qu’il y a lieu de récompenser le mérite de M. RAVE, cantonnier rural…création à compter du 1er janvier 1946 d’un emploi de jardinier au service de la voirie communale ».
(Délibération du conseil municipal D1/27)

 

13 février 1946
Création d’un cours d’orthophonie à l’hôpital intercommunal de Créteil : « auquel pourront être admis les écoliers de Créteil atteints d’une déficience de la parole ».
(AM délibération du conseil municipal D1/27)

 

24 février 1946
• Inauguration de l’avenue Jean-Baptiste CHAMPEVAL, en présence de M. LESIEUR du parti communiste, section de Créteil, de M. CLAUDE du parti socialiste, section de Créteil, de M. DEPREUX député, du parti socialiste et de M. SAINT-GENEST, secrétaire du syndicat des taxis ainsi que de nombreux membres d’associations, M. DELOCHE conseiller général.
(AM D2/7)

 

• Inauguration d’une plaque commémorative à la mémoire des armées françaises, de leur chef et des résistants.
(AM D2/7)

 

6 Mars 1946
• Fermeture prochaine du centre d’accueil du château des Buttes : « Des déportés espagnols actuellement au château sollicitent une location peu onéreuse en leur faveur ».
Le maire : « nous avons été mis en demeure de fermer purement et simplement le centre d’accueil . Le comité départemental nous supprime toutes les allocations….les centres d’accueil ont été faits pour permettre le reclassement, au bout d’un certain temps, dans la vie normale, de ceux qui étaient hébergés…nous ne pouvons pas transformer les Buttes en hôtel ».
(AM délibération du conseil municipal D1/28 p.15-16)

 

Création d’un grand prix cycliste du conseil municipal sous l’égide de la F.S.G.T. avec participation de la section cycliste de l’U.S. Créteil. « Le prix pourrait être couru au moment de la fête locale »
(AM délibération du conseil municipal D1/28)

 

• Bureau de police : Le maire indique que « l’ancien bureau de l’octroi, sis Grande Rue à la limite de Créteil et de Bonneuil a été réaménagé afin de permettre l’établissement rapide d’un poste de police. Cette décision a été décidée après entente avec le commissaire de police de Saint-Maur et le maire de Bonneuil. L’effectif prévu qui y serait à demeure, de jour et de nuit, se composerait d’un brigadier et de 3 gardes ».
(AM délibération du conseil municipal D1/28 p. 18-19)

 

Avril 1946
• Recensement de la population (le dernier remontait à 1936).
• Population : 10 833 personnes contre 11 641 en 1936. (diminution de 808).
• 336 « individus de nationalité étrangère ».
• Nombre de maisons : 2 760 (en 1936 : 2 959 ; diminution de 199).
• 223 établissements commercial et industriel, 115 exploitations agricoles.
(AM délibération du conseil municipal D1/28)

 

• Remise en état du château de Loquéran (Audierne, Finistère).
« Il ne reste qu’un lit, il y a des trous dans la toiture,…plus de cheminées et plus de carreaux… Les travaux seront effectués par 15 prisonniers allemands ».
(AM D2/37)

 

13 avril 1946
Grand bal de nuit organisé par le bureau de bienfaisance et la caisse des écoles, « avec le concours du célèbre accordéoniste Louis FERRARI ».
(AM Q)


29 avril 1946

Créteil n’est pas inscrite sur la liste des communes sinistrée, malgré les démarches du conseiller général de la Seine M. BOLZ.
(AM délibération du conseil municipal D1/28)

 

Juin 1946
• Cantines scolaires : le conseil municipal a fait procéder à des cultures de légumes susceptibles de servir d’appoint au ravitaillement. Le personnel de la voirie a procédé à ces mises en culture.
(AM délibération du conseil municipal D1/28 p. 24)

 

• Le « plan d’aménagement communal » : projet d’aménagement, d’embellissement et d’extension de la commune est déclaré d’utilité publique.
(AM D1/28)

 

10 juin 1946
Mort de Jean, Jules, Henri THIRIET artiste peintre, auteur des fresques picturales de l’école maternelle Victor HUGO. Conseiller municipal et maire adjoint de 1925 à 1942.
(AM délibération du conseil municipal D1/28 p. 20-22)

 

17 juin 1946
• Ordures ménagères : Créteil est divisée en 3 secteurs. « Chaque rue est collectée 2 fois par semaine, exception faite de la Grande-Rue où l’enlèvement est assuré tous les jours, sauf le dimanche ».
(AM délibération du conseil municipal D1/28 p. 26-27)

 

• Plan d’aménagement communal : modification.
(AM délibération du conseil municipal D1/28 p. 48-52)

 

• M. Richard LUCIEN (conseiller municipal) demande la création de l’Office municipal des sports.
(AM délibération du conseil municipal D1/28 p57)

 

Eté 1946
• Colonie de vacances : Meux, pour 50 petits enfants, Saverne (Bas Rhin), pour 46 enfants, organisée par « l’Union des maires », administrée par les services de la préfecture de la Seine et Audierne, dont le château est en partie restauré.
(AM D2/37)

 

25 août 1946
• Le nom de « Libération » est donné au square de la rue Paul-François Avet, pour perpétrer le souvenir du jour anniversaire de la victoire de l’insurrection parisienne du 25 août 1944
(H4/30)

 

15 septembre 1946
Fête de la natation organisée par la section de natation de l’Union sportive de Créteil
(AM délibération du conseil municipal D1/28 p.93)

 

20 octobre 1946
Assemblées générales de « l’Association des prisonniers de guerre » et de « l’Association républicaine des anciens combattants ».
(AM D2/7)

 

26 octobre 1946
Soirée et bal de « l’Union des femmes françaises ».
(AM D2/37)

 

Novembre 1946
M. Robert VITASSE, conseiller municipal, (de 1944 à 1947), employé de la compagnie du métropolitain, Capitaine aux armées reçoit la Military Cross.
(AM délibération du conseil municipal D1/28)

 

9 novembre 1946
Soirée et bal des « Jeunesses socialistes ».
(AM D2/7)

 

12 novembre 1946
Projet de création d’une école de plein air au château des Buttes.
(AM délibération du conseil municipal D1/28)

 

16 novembre 1946
Soirée et bal de «l’Association des prisonniers de guerre ».
(AM D2/7)

 

17 novembre 1946
Matinée artistique de « l’Amicale des anciens élèves de Créteil ».
(AM D2/7)

 

23 novembre 1946
Soirée et bal de «l’Union sportive de Créteil».
(AM D2/7)

 

30 novembre 1946
Soirée et bal du «Parti communiste».
(AM D2/7)

 

8 décembre 1946
Matinée de bienfaisance.
(AM D2/7)


21 décembre 1946
Remise de décorations et soirée du « Syndicat agricole ».
(AM D2/7)


31 décembre 1946
Soirée et bal des « Déportés du travail ».
(AM D2/7)

 

Fin 1946
Le château des Buttes n’est plus un centre d’accueil pour les prisonniers. La municipalité souhaite y installer les œuvres sociales et scolaires.
(AM H4/14)

 

1947


• Hôpital intercommunal : l’école préparatoire au diplôme d’état d’infirmier et d’infirmière
est créée.
• La société « les sablières ALBIA » (implantée à Créteil en 1930), devient la « Société des Sablières de Paris ».
(AM O/132)


4 janvier 1947
Soirée et bal des «Francs-tireurs et partisans».
(AM D2/7)


7 janvier 1947
Un cour de dactylographie à l’école des filles est en projet : 110 élèves sont concernées
Installation de classes de chimie dans l’école de garçons.
(AM D2/17)


11 janvier 1947
Soirée et bal du « Mouvement de libération national ».
(AM D2/7)


15 janvier 1947
Le conseil municipal décide l’acquisition de la baignade Sainte-Catherine et propose l’acquisition de la propriété bâtie, située allée centrale (île Brise-Pain) appartenant aux consorts DELECOUR. Il sollicite que l’opération envisagée soit effectuée par voie d’expropriation pour cause d’utilité publique.
(AM délibération du conseil municipal D1/28)

 

18 janvier 1947
Soirée et bal du « Comité local de renaissance française ».
(AM D2/7)

 

25 janvier 1947
Soirée et bal des «Déportés patriotiques».
(AM D2/7)

 

1er février 1947
Soirée et bal de «l’Association des prisonniers de guerre ».
(AM D2/7)

 

8 février 1947
Soirée et bal des « Combattants volontaires ».
(AM D2/7)

 

15 février 1947
Soirée et bal de « l’Association des sinistrés de Créteil ».
(AM D2/7)

 

22 février 1947
Soirée et bal de «l’Union sportive de Créteil ».
(AM D2/7)

 

1er mars 1947
Bal de bienfaisance.
(AM D2/7)

 

2 mars 1947
Soirée et bal masqué de «l’Union des femmes françaises».
(AM D2/7)

 

15 mars 1947
Bal de « l’Union des jeunesses républicaines ».
(AM D2/7)

 

22 mars 1947
Soirée et bal de « l’Association républicaine des anciens combattants » et de la « Fédération nationale des combattants républicains ».
(AM D2/7)

 

29 mars 1947
Bal avec orchestre de 8 musiciens, tombola et bal du « Parti socialiste ».
(AM D2/7)


5 avril 1947
Soirée et bal de «l’Association des propriétaires de l’île Brise-Pain».
(AM D2/7)


12 avril 1947
Soirée et bal des «Déportés du travail ».
(AM D2/7)


19 avril 1947
Soirée et bal du « Comité des fêtes du quartier Laferrière ».
(AM D2/7)


23 avril 1947
Le conseil municipal adopte une motion condamnant l’agitation néfaste et antifrançaise provoquée par les discours du Général de Gaulle à Bruneval et Strasbourg et par la création du Rassemblement du peuple français (R.P.F.).
(AM délibération du conseil municipal D1/28)

 

26 avril 1947
Soirée et bal de « l’Union des femmes françaises ».
(AM D2/7)

 

Mai 1947
Yvonne VIOLET et Jeanne VOLKART reçoivent la médaille de la famille française ainsi que des « bons alimentaires pour1 kg de sucre, 1 kg de chocolat, 450 g de savon, 100 kg de charbon, des articles de ménage et 12 torchons ».
(AM D2/17)

 

10 mai 1947
Soirée et bal des « Combattants volontaires ».
(AM D2/7)

 

25-26 mai 1947
Fête des mères.
(AM D2/17)

 

18 juin 1947
M. PUEC, propriétaire du cinéma STAR propose « la projection de 3 films (grand-père, Gargousse, l’Acrobate) au profit de la colonie scolaire….. En raison d’une grève des employés de maisons de cinéma, c’est annulé ».
(AM D2/37)

 

25 juin 1947
Le conseil municipal baptise le square «en bout de l’avenue de la République le square Denis JULIEN, Cristolien mort en déportation et le square, situé rue de Paris portera le nom de Paul HERVY jeune Cristolien également mort en déportation ».
(AM Délibération du conseil municipal D1/28)

 

28 juin-14 juillet 1947
Fête communale
(AM D2/17)

 

6 juillet 1947
• Inauguration du groupe scolaire du centre ancien, après restauration (suite au bombardement de l’aviation américaine du 10 avril 1944). En présence de MM. DELANDRE, inspecteur d’Académie, CARBONAT, directeur des affaires départementales et générales à la préfecture de la Seine, RIVIERE, chef de cabinet de M. le secrétaire général de la préfecture.
• Fête avec les enfants des écoles : chants, poèmes et danses.
• L’école comprend alors 17 classes dont 13 de primaires et 4 de cours complémentaire avec un effectif de 660 garçons et 11 classes de primaire et 4 classes de cours complémentaire pour un effectif de 580 filles. L’école maternelle a 5 classes et accueille 250 enfants. (total : 1490).
(AM)


• Inauguration de l’avenue Pierre BROSSOLETTE (1903-1944, professeur de français, résistant, mort rue des Saussaies).
AM délibération du conseil municipal D1/28)

 

3 août 1947
Fête de l’eau avec « l’Association des propriétaires de l’Ile Brise-Pain ».
(AM D2/17)

 

15 août 1947
« l’Union sportive de Créteil » organise une fête au bord de l’eau.
(AM D2/17)


25 août 1947
Fête de la Libération.
(AM D2/17)


Septembre 1947
Ouverture au public du parc du château DUPEYROUX.


27 septembre 1947
• André CARRE, (ancien garde républicain), nommé directeur de l’orphelinat de garçons.

 

28 septembre 1947.
• Inauguration des squares Paul HERVY, cristolien, secrétaire des jeunesses communistes, mort à Auschwitz et Denis Julien.
• Inauguration de la rue du docteur PLICHON anciennement rue du Moulin. Docteur PLICHON : docteur en médecine qui exerça à Créteil de 1891 jusqu’en 1933.
(AM délibération du conseil municipal D1/28 p.290)

 

• Inauguration d’un panneau commémoratif dans le vestibule de la mairie.
(AM délibération du conseil municipal D1/28 p.290)

 

Rentrée scolaire 1947
Un atelier école pour le fer et le bois fonctionne. Il a pour but de « fixer la fréquentation scolaire ». Une doctoresse et une assistante sociale sont recrutées. Elles proposent un cours d’orthophonie créé pour les enfants qui ont des troubles de la parole.

 

19 octobre 1947
Elections municipales.
(AM délibération du conseil municipal D1/28 p.310-314)

 

27 octobre 1947
Installation du conseil municipal et élection d’un maire et des adjoints : Paul CASALIS, élu maire.
(AM délibération du conseil municipal D1/28 p.310-314)

 

9 décembre 1947
Le conseil municipal décide à l’unanimité de donner à la Grande-Rue (route nationale n°19) et sur « la totalité de son parcours » le nom de rue du Général LECLERC de HAUTECLOQUE.
(AM délibération du conseil municipal D1/28 p. 338)

 

13 décembre 1947
Mort d’Henri Eugène GEFFROY à Enghin-les-Bains, maire de Créteil de 1899 à 1919

 

1948


Février 1948
Projet de création d’un terrain d’aviation par l’aéroclub de Créteil. Le conseil municipal donne son accord et stipule «qu’il soit donné le nom de Jean MERMOZ, puisque le célèbre aviateur avait personnellement l’idée de cette réalisation à Créteil ».
(AM délibération du conseil municipal D1/28)

 

7 mai 1948
Une consultation juridique gratuite mensuelle destinée à fournir tous renseignements aux habitants de la commune est crée. Elle est assurée par maître GUILLAUME ENRIQUEZ, avocat à la cour d’appel de Paris.
(AM délibération du conseil municipal D1/28-29 p.191)

 

Eté 1948
Colonie de vacances l’économe de la colonie note dans ses rapports journaliers :
« Menu des enfants : tartines beurrées, café au lait, blanquette de veau ». Un conseiller municipal s’insurge et écrit « la colonie n’a touché ni beurre, ni café et que le veau était du cheval…on a trompé les parents… ».
(AM D2/37)

 

22 septembre 1948
Bibliothèque municipale (5 rue de Saint-Maur) : inspectée par l’inspecteur général des bibliothèques de la Seine.

 

Décembre 1948
A l’occasion des fêtes de Noël, la municipalité décide d’offrir aux élèves des écoles une projection cinématographique accompagnée de la remise d’un goûter ».
(AM I1/36)

 

1949


10 janvier 1949
La commission de l’enseignement propose la création d’un atelier de travail de bois à l’école de garçons pour compléter l’enseignement manuel déjà donné à l’atelier de fer pour la rentrée scolaire d’octobre 1949.
(AM délibération du conseil municipal D1/29)

 

24 février 1949
La colonie scolaire de vacances devient municipale.
(AM délibération du conseil municipal D1/29)

 

3 juillet 1949
Inauguration d’une plaque commémorative au 74 bis, rue du général Leclerc : « Maison de la résistance du secteur quartier général de la zone véto pendant la clandestinité, secteur Paris-sud est », en présence du président du Conseil M. QUEUILLE.
(AM délibération du conseil municipal D1/29)

 

Juillet 1949
Colonie scolaire de vacances : départ des enfants à Audierne pour 45 jours.
(AM délibération du conseil municipal D1/29 p. 130-132)

 

1er octobre 1949
Une 2ème consultation juridique gratuite mensuelle destinée à fournir tous renseignements aux habitants de la commune est crée. Elle est assurée par maître Guillaume ENRIQUEZ, avocat à la cour d’appel de Paris. « Elle a été jugée nécessaire, étant donné l’affluence des consultants ».
(AM délibération du conseil municipal D1/29 p.190-191)


6 novembre 1949
Décès de Charles Joseph Désiré BLANCHARD à Créteil, maire de 1935 à 1942.

 

13 décembre 1949
Un conseiller municipal (M. DANDOIS) demande que « l’on veuille bien envisager le transport dans un jardin public du polissoir à silex (pièce unique) qui se trouve actuellement dans la cour de la salle des fêtes ».
(AM délibération du conseil municipal D1/29 p.207)