Chronologie / environnement : avant 1900
photo ancienne de creteil
Ces chronologies peuvent comporter des lacunes ou des erreurs. Par avance, veuillez nous en excuser. Pour toutes suggestions ou rectifications écrivez-nous à l'adresse suivante : archives@ville-creteil.fr


1658
Crue exceptionnelle de la Marne.

1802
Crue exceptionnelle de la Marne.

<span "> 1806

Un ouragan enlève la toiture de l’église.

 

1817

Mars : Crue exceptionnelle de la Marne. La nature des dégâts sont : « perte de fumier, retard d’ensemencement, 40 ares de luzerne entièrement perdue etc …».
(AM I1/)

 

1829
Le maire propose au bureau de bienfaisance de « faire élaguer les arbres de la grande avenue de Choisy, ceux de la Croix de Mesly et ceux de la Croix Taboureau et de distribuer aux indigents le bois provenant de cet élagage ».
(AM Q1/2)

 

Mai 1829
Chemins vicinaux, «La mairie s’étant occupée, cette année avec persévérance au redressement des chemins vicinaux, le conseil municipal invite M. le maire à faire tout ce qu’il peut…pour engager les propriétaires, le long des chemins vicinaux, à faire, de droite et de gauche des plantations d’arbres à leur convenance et propres aux terrains sur lesquels les plantations auront lieu ».
(AM délibération du conseil municipal D1/3)

 

1830
31 janvier 1830
Inondations : la plaine de Créteil est inondée par la fonte de la neige et le débordement de la Seine.

 

1837
Inondations.

 

1840
Inondations.

 

1841
Inondations.

1859
20 février 1859
Traité passé entre le maire et M. POTTIER, gérant de la compagnie des eaux de Créteil.
(AM O/149)

 

1860

Les lavoirs établis sans autorisation sur le Bras du Chapitre sont interdits en vertu d’une lettre du préfet de police.
(AM D3/7)

 

1861
Bateau à lessive des Uselles, installé au bas de la rue des Ottats (rue Robert Legeay) dit bateau lavoir. Il « offre les avantages possible de sûreté et de commodité…des places gratuites sont mises à la disposition des indigents munis de cartes du bureau de charité…il remplit toutes les conditions désirables tant pour les maîtres blanchisseurs que pour les particuliers qui voudraient y faire laver leur linge ».
(AM D3/7)


Constitution de la compagnie des eaux de Créteil (M. POTTIER et Cie).

1868
3ème quart du XIXème siècle. Construction d’un établissement de bains et établissement élévateur des eaux, square Julien par les architectes PETAU et LEBANNANT.
Cours communes et privées : « Les cours communes laissent trop à désirer. Il y a des amas considérables de fumier, de détritus de toute sorte, des matières putrescibles de toute nature…les 3 dépôts d’engrais, situés au carrefour des territoires de Bonneuil et de Créteil, occasionnent une gène considérable. Lorsque les vents du sud et du sud ouest, qui sont les plus fréquents, se font sentir, les habitations de l’extrémité de Créteil, toutes celles du hameau de Mesly et les maisons éparses sont infectées par des émanations qui ne permettent pas de croire que l’on est à la campagne »
Rapport de la commission municipale d’hygiène publique.
(AM D2/1)

1872
Avenue de Créteil « les acacias sont en mauvais état ; ils sont remplacés par une plantation uniformément faite en platanes, essence devant donner en peu d’années un ombrage parfait ».
(AM délibération du conseil municipal D1/10)

1873
Insalubrité causé par l’égout et les caniveaux de la Grande-Rue : « il faut faire balayer régulièrement la rue...les bouchers, charcutiers qui déversent les eaux, provenant de leur établissement, dans les égouts sont appelés à désinfecter les eaux par le sulfate de fer ».
(AM délibération du conseil municipal D1/10)

1877
Usine BOURGEOIS fabrique d’engrais avec le sang des abattoirs de Paris. Usine de dessiccation du sang exploitée par M. BOURGEOIS, au lieu dit « les haies de Brévannes ». Usine qui fait l’objet de plaintes incessantes des Cristoliens « si l’administration supérieure n’intervient pas, ces installations rendront les communes suburbaines inhabitables…cette usine est un véritable foyer d’infection…gros préjudices causés aux propriétaires en les mettant dans l’impossibilité de louer pendant la saison d’été les maisons situées dans la partie de la commune la plus rapprochée de cette usine. Cela devient en même temps un obstacle à la vente des dites propriétés ».
(AM délibérations du conseil municipal D1/10)

1879
Abreuvoir de Créteil : « la commission a remarqué que la descente des chevaux était encombrée par des blanchisseuses, dont une patronne avec ses ouvrières et que la promenade à la suite servait à étendre le linge. Il est impossible que cet état de chose continue les chevaux ne pouvant descendre dans cet abreuvoir dont les eaux sont troublées et gâtées par le savon et les produits chimiques ».
(AM D2/20 Rapport de la commission municipale)

1880
Février 1880
Des gelées exceptionnelles ont causé de graves avaries aux conduites d’eau.
(AM délibération du conseil municipal D1/11)

1886
Projet de déversement des eaux d’égout dans la plaine de Créteil. « La ville de Paris aurait l’intention de donner suite à un projet de déversement d’eaux d’égouts sur les terrains appartenant à l’assistance publique ».
(AM délibération du conseil municipal D1/12)

 

Mai 1886
Usine BOURGEOIS d’engrais au lieu-dit les Haies de Brévannes :
M. BOURGEOIS s’est pourvu «devant le ministre du commerce et de l’industrie contre la décision prise par M. le préfet de police qui avait prononcé la fermeture de cette usine et qu’il vient d’être autorisé à reprendre l’exploitation de son établissement en se conformant aux lois».
(AM délibérations du conseil municipal D1/12)

1892
Mars1892
Inondations.
(AM I1/)

1893
Protestation du conseil municipal et de la population contre le projet de déversement des eaux d’égout dans la plaine de Créteil (épandage). Plus de 1 000 signatures sont recueillies.
(AM délibérations du conseil municipal D1/13)

1896
Inondations.
(AM I1/)

 

28 août 1896
«Les habitants se plaignent à juste raison des émanations de l’épandage des eaux d’égout et signalent le déversement fréquent de tonneaux de vidange ».
(Délibération du conseil municipal D1/14)

1897
23 octobre 1897
Epandage dans la plaine de Créteil (irrigation de la plaine par les eaux d’égout) : « Protestation du conseil municipal contre l’état actuel de cette opération. Demande de cessation de cette désastreuse entreprise ».
(Délibération du conseil municipal D1/14)

1898
18 mai 1898
Eaux : approbation d’un traité entre le Maire et la Compagnie anonyme des eaux de Seine et source, pour « l’adduction et la distribution dans Créteil, des eaux provenant des fontaines dites de Saint-Thibault et de Bréant, à l’exclusion de celles de tous cours d’eau et de tous réservoirs à ciel ouvert. Pour le service de distribution, compte tenu de la « nécessité depuis longtemps constatée et aujourd’hui impérieuse, d’assurer l’établissement et le fonctionnement dans les diverses parties du territoire de la commune, d’un service devant assurer la distribution de la quantité d’eau indispensable pour satisfaire aux besoins généraux de l’alimentation ».
Traité valable jusqu’au 30 septembre 1928
(Délibération du conseil municipal D1/14, O/153)

 

27 décembre 1898
Protestation énergique du conseil municipal contre l’épandage.
(Délibération du conseil municipal D1/14)

 

29 décembre 1898
« Arrêté municipal déterminant les voies publiques libres à la circulation des voitures servant au transport des boues, engrais, fumiers, immondices, ordures ménagères, résidus de balayage et autres matières insalubres».
(AM D3/10)

 

25 février 1899
Le conseil municipal constate que « l’épandage de la plaine de Créteil arrête la construction de villas, mais il ne faut pas oublier que les terrains irrigués sont la propriété de l’Assistance publique. ….Cette administration a pris la précaution de défendre dans ses cahiers des charges, la fourniture aux hospices et hôpitaux de légumes provenant des plaines d’épandage….Les légumes de cette provenance ne se conservent pas et n’ont pas les qualités nutritives des plantes de même nature cultivées dans un sol naturel. Projet d’installation de drains collecteurs pour l’absorption des eaux en excédent ».
(Délibération du conseil municipal D1/14)