Citoyenneté : les jeunes de l’US Créteil, engagés et solidaires
Les jeunes de l’US Créteil, engagés et solidaires

L’Unicef forme les jeunes à la solidarité citoyenne.

 

En partenariat avec l’Unicef et l’association Cama, la direction de la Jeunesse et l’académie de football de l’US Créteil-Lusitanos ont bâti le projet solidaire « Petites mains au grand cœur ». Le but : mener des actions citoyennes de solidarité envers les plus démunis.

 

En ces temps particuliers, l’entraide citoyenne demeure plus importante que jamais. Depuis la rentrée scolaire 2020-2021, l’Unicef et l’association Cama (Construire aujourd’hui un meilleur avenir) s’associent autour d’un projet caritatif baptisé « Petites mains au grand cœur ».

 

Cette action se construit autour de jeunes footballers de la catégorie U-17 de l’académie de football de l’US Créteil, qui se mobilisent avec entrain pour l’occasion et mettent en place des accueils sportifs à destination des enfants des centres de loisirs de la Ville. Au cours de ces séances, des denrées sont récoltées, puis remises à l’épicerie solidaire Épicéa, gérée par l’association Elles aussi, qui se charge de la distribution auprès des familles pour des sommes symboliques. Cette année, les jeunes de l’académie ont choisi de récolter des dons pour les bébés.

 

Un engagement pluriel
« Les jeunes sportifs interviennent au sein des accueils de loisirs dans le but de sensibiliser les enfants à travers la mise en place d’activités à but éducatif », explique Stéphane Calegari, coordinateur administratif de l’académie. Tout en inculquant un savoir aux enfants, les jeunes travaillent sur la communication et apprennent à monter un projet associatif par eux-mêmes. Ce processus leur offre également une certaine indépendance créative. Sous l’impulsion du service Enfance-Loisirs de la direction de la Jeunesse et de l’association Cama, « cette mission apporte quelque chose relevant de l’action citoyenne et de la préservation de l’humain. Le processus est intergénérationnel et touche toutes les catégories d’âge », confie-t-il.

 

les jeunes de l’US Créteil, engagés et solidaires

Les jeunes découvrent le fonctionnement de l’épicerie solidaire.

 

Une fierté partagée
Si le projet ravit les organisateurs, dont Béatrice Lefrançois, présidente du comité Île de France Est de l’Unicef, qui a pour mission de « promouvoir et défendre les droits de l’enfant », l’enthousiasme de ces jeunes footballeurs ne se dément pas non plus. Ceux-ci se montrent très impliqués dans leur participation au projet, à l’image de Gabriel Blanda, footballer U-17 de l’académie : « On apprend des choses sur le droit, des connaissances essentielles dans la vie. Tout le savoir qu’on gagne aujourd’hui, on pourra le transmettre aux enfants lors d’ateliers demain. »


Ces adolescents s’investissent avec ardeur auprès des jeunes enfants, créant un véritable mouvement d’enthousiasme autour de petits jeux et divertissements à but éducatif. Et l’apprentissage va dans les deux sens ! En effet, ce projet pédagogique et solidaire permet aux jeunes d’acquérir de nouvelles capacités. Certains lycéens peuvent mettre à profit cet investissement dans leur cursus scolaire, notamment ceux en filière STMG (sciences et technologies du management et de la gestion), qui nécessite des compétences importantes en communication. Parallèlement, Albert Camara évoque « les retours intéressés » des jeunes élèves des écoles primaires, qui partagent le même enthousiasme !

 

Interview
Albert Camara

Coordinateur pédagogique au service Enfance-Loisirs de la direction de la Jeunesse et coordinateur des projets humanitaires au sein de Cama.

 

Albert Camara

 

Comment ce projet « Petites mains au grand cœur » a-t-il vu le jour ?

 

Ce projet a vu le jour au mois de septembre. Le concept était de mener des ateliers sportifs en direction des enfants. En contrepartie, ces derniers contribuent à la collecte pour une action citoyenne. J’ai proposé différents choix de dons à récolter, et les jeunes se sont orientés vers les bébés. Nous avons fixé cette thématique pour la collecte de nos fonds au service Jeunesse. On faisait déjà des gestes de solidarité dans le même esprit, avec des ateliers sportifs et en partenariat avec l’association Elles aussi, qui gère l’épicerie solidaire.

 

Ce projet concerne-il tous les accueils de loisirs ?

 

Oui, ils sont tous impliqués. Au mois de décembre, nous avons fait deux interventions dans les écoles Monge et Gerbault. À chaque fois, une quarantaine d’enfants ont participé aux ateliers. Au fil de ceux-ci, les jeunes prennent confiance en eux et s’approprient le projet. L’initiative s’est adaptée aux circonstances. Initialement, il devait s’agir de rencontres sportives plus conséquentes dans des gymnases. À la place, les U-17 se déplacent directement dans les écoles.

 

D’un point de vue logistique, comment s’organise le projet ?

 

Au sein des accueils de loisirs, neuf jeunes répartis en deux brigades sont mobilisés. Le but est de rassembler tous les accueils pendant les vacances scolaires, afin de réunir un maximum d’enfants. Cela permet d’organiser au moins deux temps de restitution pour l’épicerie solidaire. Ces ateliers ont été reconduits sur toute une semaine durant les vacances de février. Les jeunes de l’académie et les enfants des accueils de loisirs organisent la collecte des dons durant les ateliers, de sorte à pouvoir directement apporter le fruit de leurs efforts à l’épicerie solidaire, et ainsi prendre la mesure de l’impact de leur projet.

 

Article de Créteil, Vivre Ensemble, mars 2021, n°410