Échanges d'outre-mer

photo du comité de jumelage

Le 28 octobre 2013, le Comité de jumelage a accueilli une dizaine de stagiaires guadeloupéens.

 

Des stagiaires guadeloupéens ont été accueillis fin octobre 2013 pour une journée d’échanges entre professionnels du monde sportif et culturel. Un nouveau type de rencontres est né.

 

Nous connaissions le soutien du Comité de jumelage aux associations et établissements scolaires souhaitant mener des actions avec les villes jumelées. Depuis quelques années, les échanges entre les villes sœurs ont évolué vers des projets coopératifs, essentiellement fondés sur la citoyen­neté et le développement des territoires. Dernier exemple en date, le 28 octobre dernier, une dizaine de professionnels en formation au Creps (Centre de ressources, d’expertise et de performance sportives) des Antilles ont profité de leur visite en région parisienne pour passer une journée à Créteil.

 

“Pour valider notre Dejeps (Diplôme d’État de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport), raconte Patricia Kancel, responsable du service Culture, Information, Éducation et Famille de la Ville des Abymes, nous devons construire et présenter un projet d’animation socioculturelle. Comme nous disposions d’un peu de temps avant notre séminaire à Paris, nous avons pensé à rencontrer des professionnels du milieu sportif et culturel pour échanger sur nos pratiques. Connaissant le lien tissé entre Créteil et Les Abymes, nous avons donc contacté le Comité de jumelage pour voir ce que nous pouvions construire ensemble.”

 

Laboratoire d’idées

 

Les stagiaires ont pu visiter la bibliothèque Biblimesly et le chantier de la médiathèque de l’Abbaye, le stade Duvauchelle, le gymnase de La Lévrière et le Palais des sports, et rencontrer l’association Eritaj, impliquée dans la valorisation des langues et cultures créoles. À chaque fois, un échange avec des responsables de services de la Ville et de la Communauté d’agglomération leur a permis d’aborder des thématiques très pointues sur l’offre culturelle et sportive proposée aux habitants, l’accessibilité des bâtiments, les modes de concertation et de partenariat…

 

“Certains travaillent dans des associations d’insertion, d’autres sont animateurs en danses urbaines ou guides de randonnée sur le volcan de La Soufrière, détaille Anne Berruet, présidente du Comité de jumelage. Ce sont tous des professionnels venus avec des questions précises, notamment sur l’accès à la citoyenneté et la valorisation du patrimoine.” Les rencontres de ce type se multiplient. Ainsi, l’an dernier, la Communauté d’agglomération a accueilli en stage six cuisiniers des Abymes, avant la mise en place d’une cuisine centrale dans leur collectivité.

 

L’objectif n’est pas de copier un modèle, mais de servir de laboratoire d’idées. Magda Vorchin, directrice du Comité, confirme : “Nos villes sœurs recherchent de plus en plus une aide à la réflexion, à l’innovation, à trouver des stages et des formations…”

 

Et Anne Berruet de conclure : “Le jumelage existe en dépit des difficultés financières que peuvent rencontrer les villes. Les outils actuels comme Internet permettent de développer de nouvelles actions, de travailler ensemble, d’inventer, comme en témoigne déjà le e-twinning avec Falkirk.”