Fake news sur la fiscalité à Créteil

 

De 2012 à 2017 l’évolution de la taxe foncière a été de 1,78% par an. L’Union nationale des propriétaires immobiliers (Unpi) reprend “son étude” annuelle, relayée par Le Parisien du 16 octobre 2018, et continue d’amalgamer certaines taxes.

 

L’Union nationale des propriétaires immobiliers (Unpi) récidive. Reprenant “son étude” annuelle, relayée par Le Parisien du 16 octobre 2018, l’Unpi continue d’amalgamer, en les additionnant, toutes les taxes décidées par des institutions autres que la commune, comme les structures intercommunales ou le conseil départemental, y ajoutant également les majorations des valeurs locatives décidées par l’État dans le cadre de la loi de finances. Résultat : la progression de la taxe foncière entre 2012 et 2017 à Créteil serait de 18,4% ! Alors qu’elle a été de 8,5%, soit exactement 1,78% par an sur cette même période. Les taux de la taxe foncière votés par le conseil municipal chaque année sont publics et consultables. Ils sont les suivants :

 

Pour la taxe foncière

 

 

Foncier bâti                                                     2012                   2013                  2014                2015              2016 *                    2017                2018

Taux votés par la commune                        23,91%               24,27%                24,73%           25,37%             27,27%                 27,54%            27,54%

Évolution                                                                                         1,5%                     1,9%                2,6%                 1,5%                         1%                    0%

 

*À partir de 2016, le taux intègre une part intercommunale de 1,5% sur laquelle la commune n’a pas de prise.

 

Pour la taxe d’habitation

 

Contrairement à d’autres communes, la Ville de Créteil a fait le choix de ne pas augmenter le taux de la taxe d’habitation en 2018. Sur la période 2012-2017, la taxe d’habitation a évolué de 1,8% par an. En 2018, dans un contexte de forte hausse de l’inflation (près de 2% par an) et de diminution significative des dotations de l’État, la Ville a fait le choix de préserver le pouvoir d’achat des Cristoliens en n’augmentant pas la fiscalité. Depuis 2014, globalement (taxe d’habitation et taxe foncière), la fiscalité a augmenté de 5,3%, soit 1,3% par an.

 

Par ailleurs, cette année la taxe d’enlèvement des ordures ménagères a diminué de 4% avec un impact significatif pour les ménages.

 

Article de Créteil, Vivre Ensemble, novembre 2018, n°386