Perspectives : Valo’Marne
Le projet Valo’Marne

À partir de 2023, grâce à l’extension de Valo’Marne, ce seront plus de 51 000 équivalents-logements qui bénéficieront du chauffage urbain

 

Le projet d’évolution de l’unité de valorisation énergétique Valo’Marne entre dans sa phase de concertation. Retour sur les grandes lignes du projet.

 

Le projet d’évolution de l’unité de valorisation énergétique (UVE) porté par le Syndicat mixte intercommunal de traitement des déchets urbains du Val-de-Marne (SMITDUVM) prévoit le remplacement de la ligne actuelle de traitement des déchets d’activités de soins à risque infectieux (DASRI) par une ligne mixte (ordures ménagères, DASRI, déchets d’activités économiques). Cette évolution permettra de répondre à l’augmentation de la demande au niveau régional et d’accroître la production d’énergie thermique à destination du réseau de chauffage urbain de Créteil. Le projet a aussi pour ambition de répondre aux enjeux de la loi de transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) qui prévoit notamment dans les années à venir, le traitement des biodéchets et l’extension des consignes de tri.

 

Augmenter la production de chauffage urbain

 

La population du territoire du SMITDUVM passera à plus de 650 000 habitants en 2025. Valo’Marne souhaite donc accroître les capacités de traitement des déchets et améliorer la valorisation de l’ensemble de l’énergie électrique et thermique produite par une augmentation de la fourniture de puissance au réseau de chauffage urbain de Créteil. Actuellement, 37 000 équivalents-logements sont raccordés (l’équivalent-logement est une unité de mesure correspondant à la consommation énergétique d’un logement de 80 m2 occupé par 4 personnes). Un 3e tube (qui reliera l’usine de production au Colombier puis au Chic) est à l’étude, qui devrait fournir 4000 équivalents-logements en plus. Enfin, la mise en service du 3e four, à l’horizon 2023, apportera au moins 10 000 équivalents-logements supplémentaires. À terme, 51 000 équivalents-logements seront ainsi raccordés au réseau de chauffage urbain de Créteil. Avec une TVA à 5,5%, ce sera une belle économie pour les foyers raccordés.

 

Le projet Valo’Marne

L’extension du centre de valorisation énergétique comprendra également une serre de production agricole et un puits de carbone expérimental de purification de l’air.

Performances énergétiques et écologiques

 

Pour ses futures productions, Valo’Marne envisage plusieurs solutions techniques sur l’ensemble des installations existantes en remplaçant le traitement humide par un traitement sec, afin d’atteindre des niveaux d’émissions atmosphériques très inférieurs aux normes exigées. Le projet prévoit, en outre, plusieurs réalisations annexes : une serre pour la production agricole (tomates, fruits…) et une serre pédagogique destinée à l’accueil des habitants et des groupes scolaires, toutes deux alimentées en énergie par l’UVE. La mise en œuvre expérimentale d’un puits de carbone “pilote” au niveau du rejet des fumées pour capter et traiter une partie du CO2 résiduel a été inaugurée en mars dernier. Enfin, une partie de la fourniture d’énergie servira à la production et à la distribution d’hydro­gène à usage public.

 

Moins de nuisances, plus d’emplois d’insertion

 

L’UVE est implantée au carrefour de plusieurs axes de communication : l’autoroute A86 au sud et à l’est de l’installation, la voie ferrée à grande vitesse Paris-Lyon-Marseille et la voie du RER D en bordure ouest du site, ainsi que la RN6 en bordure est. De ce fait, elle sera accessible directement par l’A86 et les camions ne traverseront ni la ville ni les communes environnantes. Le chantier prévu pour les aménagements de l’UVE et la construction des serres s’étendra sur cinq ans et sera source d’emplois. Au total, ce sont 260 emplois directs et indirects qui seront générés en phase chantier, mais également en phase de fonctionnement. Pendant le chantier, les candidatures proposées par différents organismes (Pôle Emploi Formation, Mission locale…) seront prises en compte en vue d’une intégration dans les équipes professionnelles. De plus, Valo’Marne exigera de ses partenaires l’engagement de réserver à l’insertion 5% des heures travaillées sur la durée du chantier. De même, sur l’équipe de 20 personnes présentes pendant les travaux, deux postes seront réservés à des personnes éloignées de l’emploi. Selon le calendrier prévisionnel du projet, la phase de travaux s’échelonnera de 2019 à 2023, pour un coût de l’ordre de 128 millions d’euros.

 

La concertation préalable

 

La concertation préalable sur ce projet vise à informer le public, à recueillir ses observations. Elle se déroulera entre le 6 mai et le 15 juin, et est organisée sous l’égide de Claire De Loynes, “garante” désignée par la Commission nationale du débat public. Une réunion publique d’ouverture est organisée le lundi 13 mai 2019 à Créteil (voir ci-dessous). Par ailleurs, durant toute la période de la concertation préalable, le public peut formuler ses avis, questions et propositions auprès de la garante, par voie électronique (claire.de-loynes@garant-cndp.fr) ou postale (10, rue des Malfourches, 94000 Créteil - À l’attention de Mme Claire De Loynes) ; ou encore via un formulaire (rubrique participative) sur le site internet du projet. Enfin, des registres sont également mis à disposition du public à l’hôtel de ville.

 

Lundi 13 mai 2019 à 19h :
Réunion publique d’ouverture de la concertation
préalable à l’extension de l’usine d’incinération de Créteil. Présentation du projet de Valo’Marne. En présence de Laurent Cathala, maire de Créteil. À l’auditorium du conservatoire Marcel Dadi, 2-4, rue Maurice Déménitroux.

Article de Créteil, Vivre Ensemble, mai 2019 n°392