Bloc-notes du maire
Mairie

Le numérique pour tous, un enjeu majeur

 

Dans notre société digitalisée, le numérique devient incontournable. Pour les démarches administratives, le travail, la formation ou même pour garder le contact avec ses proches, il est souvent indispensable d’avoir une connexion Internet ainsi qu’un appareil connecté (smartphone, ordinateur…). Or, tout le monde ne dispose pas de ces ressources, et encore moins des compétences nécessaires pour s’en servir.

 

Notre ville a multiplié les initiatives pour réduire cette fracture numérique. Le plan de déploiement du numérique éducatif, élaboré en étroite collaboration avec les équipes enseignantes, a permis de doter les écoles élémentaires d’un matériel performant, modulable, adapté à tous les usages pédagogiques. Des ateliers numériques gratuits sont proposés dans les médiathèques, les RPA, les centres sociaux avec divers partenaires dont Emmaüs Connect. Citons aussi le DipBike, qui contribue à la diffusion d’une culture numérique ludique et collaborative.

 

L’informatique ne doit pas être un obstacle, mais un outil pour faciliter notre vie, renforcer le lien, améliorer la circulation de l’information et les échanges. En témoignent la qualité du site Internet de la Ville ou la nouvelle application mobile de signalement « Créteil, l’oeil citoyen » qui, depuis le 1er décembre, nous permet d’agir ensemble contre les incivilités du quotidien.

 

Solidaires dans la crise

 

La crise sanitaire met à mal des pans entiers de notre économie et beaucoup de nos concitoyens subissent une chute de revenus aussi brutale qu’imprévisible : l’urgence est à la solidarité.

 

Dans cette période où chaque centime compte, j’ai donc souhaité geler l’ensemble des tarifs communaux pour l’année 2021. La délibération sera proposée au vote lors du Conseil municipal du 7 décembre. Cela concernera les droits de voirie pour les commerces occupant l’espace public, les prestations sociales – loyers des résidences pour personnes âgées, repas à domicile, activités sportives des seniors –, les cantines et le périscolaire, les abonnements aux jardins familiaux, les concessions funéraires… Il s’agit là d’un geste fort, car les coûts supportés par la collectivité, eux, s’alourdissent.

 

Depuis le début de cette crise, je veille à ce que les politiques publiques de proximité soient renforcées à tous les niveaux en direction des personnes les plus fragiles. Tous les services sont mobilisés, en particulier le CCAS, pour faire face aux situations difficiles. Dans la même perspective, les loyers de Créteil Habitat n’augmenteront pas – ils pourront aussi être échelonnés selon la situation – et les procédures contentieuses seront suspendues durant le confinement. Ce virus qui bouleverse la planète montre combien nous sommes vulnérables et interdépendants les uns des autres : la fraternité est notre force et notre avenir.

 

Prenons soin de nous… mutuellement !

 

L’accès aux soins pour le plus grand nombre est une nécessité autant sociale qu’économique, la crise sanitaire le démontre chaque jour. Pour cela, il est indispensable de disposer d’infrastructures d’excellence et de proximité dotées d’un personnel qualifié et reconnu dans ses compétences, mais il faut aussi que chacune et chacun puisse bénéficier des soins quand ils sont nécessaires, quel qu’en soit le coût.

 

Or, à l’image du reste du pays, près d’un Cristolien sur trois n’aurait pas de complémentaire santé, faute de moyens. Cela doit nous interpeller ! C’est pourquoi, conformément aux engagements pris pendant la campagne électorale, nous allons vous proposer très prochainement une mutuelle santé municipale. Le principe est simple : regrouper les adhérents pour négocier à la fois un haut niveau de prestations et un tarif de cotisation réduit. Naturellement, toutes celles et tous ceux qui le souhaitent pourront y souscrire et cette mutuelle concernera tous les soins sur le territoire national. Nous travaillons actuellement avec les services de la Ville pour atteindre cet objectif et la meilleure formule vous sera proposée très prochainement.

 

Confrontés aux risques potentiels liés à la maladie, nous savons bien – et la situation actuelle l’a démontré – qu’au-delà de la responsabilité individuelle, il y a une solidarité collective qui doit se déployer. Nous devons prendre soin de nous toutes et tous, collectivement, et j’entends bien que la Ville y prenne toute sa part.

 Laurent Cathala - décembre 2020