Une faune très riche
diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte Imprimer
photo biodiversité

La biodiversité, un enjeu majeur

La biodiversité désigne la diversité naturelle des organismes vivants. Elle s’apprécie en considérant la diversité des écosystèmes, des espèces, des populations et celle des gènes dans l’espace et dans le temps ainsi que l’organisation et la répartition des écosystèmes aux échelles biogéographiques (Source Wikipédia).

 

C’est un enjeu important dont nous devons tous prendre conscience. L’espèce humaine fait partie de cette biodiversité et interagit avec elle. La cohabitation est parfois difficile avec certaines espèces, telles les guêpes et les frelons qui participent pourtant à la régulation d’autres populations d’insectes, ou même les rats qui contribuent à éliminer les déchets organiques des canalisations d’eaux usées, apportant ainsi une aide écologique précieuse.

 

Une perte de biodiversité peut entraîner des effets néfastes sur plusieurs aspects du bien-être humain tels que la sécurité alimentaire, la vulnérabilité face aux catastrophes naturelles, l’accès à l’eau propre…


La ville, quant à elle, constitue un véritable écosystème avec un fonctionnement complexe, ses milieux naturels, sa flore, sa faune, ses arrivées et ses disparitions d’espèces, son évolution au cours du temps.

 

Créteil : un environnement privilégié pour la biodiversité

La ville de Créteil bénéficie d’un environnement privilégié avec, d’une part, la présence de la Marne et du lac et, d’autre part, de nombreux espaces verts et promenades plantées. Aujourd’hui, le législateur incite au développement de la “ville durable”, inscrite dans le Grenelle de l’environnement et dont l’un des outils sont “les trames vertes et bleues”.

L’objectif affiché est d’arrêter l’érosion de la biodiversité, dont la biodiversité animale, en particulier en milieu urbain dense. Le service des Parcs et Jardins s’est résolument engagé dans cette démarche.

 

 

Le lac et les bords de Marne


Le lac et les bords de Marne sont des milieux fragiles et riches en biodiversité, avec une faune et une flore parfois exceptionnelles. Afin d’éviter l’érosion des berges de la Marne et du lac, les bords de berges sont laissés enherbés, la végétation naturelle reprend ainsi ses droits. Ces berges, végétalisées, offrent un habitat intéressant les oiseaux ainsi que des espèces animales variées comme des crapauds, des grenouilles, des insectes ou des vers qui, ensuite, nourrissent les oiseaux. Ainsi les arbustes et les roselières du lac accueillent le Blongios nain, une espèce de héron nain, rare et protégé au niveau national.

 

Rappelons qu’il est néfaste de nourrir les oiseaux aquatiques car cela contribue à maintenir artificiellement une forte densité de population d’oiseaux sur certaines zones. Cela engendre des conflits de territoire qui peuvent être très violents. Les cygnes, par exemple, sont très territoriaux et chassent, non seulement leurs congénères, mais aussi toutes les autres espèces, jusqu’à les tuer parfois. Au-delà d’un couple par hectare, les conflits entre cygnes sont inévitables. Les oiseaux aquatiques sont, pour la plupart, végétariens. Si l’on veut nourrir des cygnes, il suffit de leur donner de l’herbe…

 

Quelques espèces observées à Créteil

 Grèbe huppé Photo Foulque macroule Photo épervier d'Europe 
 Grèbe Huppé Foulque macroule Épervier d'Europe
    Photo faucon Crécerelle en plein vol
 Héron cendré Faucon Crécerelle

 

Plusieurs associations de pêche investissent les bords du lac et de la Marne, pour taquiner brochets, sandres, perches, brèmes, gardons, tanches, carpes…

 

Amoureux du Lac de Créteil, un collectif, composé d'amateurs de nature et de photographie, a créé un site internet destiné à partager leur passion au plus grand nombre, mais aussi à protéger la richesse de ce lac et de son environnement. Pédagogique, instructif et créatif, vous y trouverez de nombreuses  photos, des conseils et des informations : http://laccreteil.fr/

 

Les pratiques du service des Parcs et Jardins : retour vers la nature


Avec le paillage et l’introduction de plantes vivaces dans les massifs, la gestion en prairie de certains espaces, les jardiniers de la Ville poursuivent les pratiques destinées à préserver l’environnement.

 

C’est le cas de la tonte sans ramassage, dite "mulching", et de l’utilisation d’engrais verts comme la moutarde, la phacélie, qui permet d’améliorer le sol. Le désherbage mécanique ou à la vapeur se substitue aux produits chimiques de désherbage…

 

Toutes ces pratiques protègent les insectes pollinisateurs telles les abeilles et les syrphes, les papillons, mais aussi la faune du sol comme les vers de terre, les collemboles qui régénèrent les sols. Créteil s’est inscrit dans cette démarche de persévération de la biodiversité en ratifiant, dès 2009, la charte régionale sur la biodiversité.

 

Des ruches urbaines : un havre protecteur pour une espèce souvent menacée


L’abeille, reine des pollinisatrices, participe à la fructification des végétaux en transportant le pollen de fleur en fleur. Elle trouve un peu refuge en ville car les populations ne cessent de décroître près des cultures intensives (pesticides, cultures uniformes…). La Ville de Créteil, par convention avec le Groupement syndical apicole du Val-de-Marne, a installé trois ruches dans le parc Dupeyroux, entre 2009 et 2010, dont la gestion est confiée à un apiculteur.

 

En 2013, l’association Nature & Société en a installé trois sur l'île de loisirs, le toit du centre de tri de La Poste en accueille trois également… Cette production de "miel béton" est exempte de produits phytosanitaires. Des recherches sont en cours pour évaluer les teneurs en métaux lourds dues à la combustion des carburants.

 

Des nichoirs pour les oiseaux d'exception

 

Pics verts, faucons crécerelles, parfois éperviers, sont régulièrement aperçus à Créteil ainsi que des hérissons, des fouines…

 

Tous les oiseaux ne construisent pas leur nid. Certains, comme les passereaux, mésanges et autres rouges-gorges, nichent dans les trous des arbres : on les appelle les cavernicoles. Et pour eux, en ville, c’est un peu la crise du logement ! Les vieux arbres à cavité se font rares et disparaissent pour des raisons de sécurité.

 

C’est pourquoi 65 nichoirs ont été implantés avec La Ligue de protection des oiseaux en bord de Marne, au parc Dupeyroux, au parc de La Brèche, au parc des Sarrazins et au cimetière communal. Ils hébergent des passereaux cavernicoles, sitelles, grimpereaux, mésanges ou rouges-gorges.

 

Ces oiseaux sont indispensables à l’équilibre des écosystèmes. À titre d’exemple, une mésange charbonnière consomme chaque jour l’équivalent de son poids en insectes!

 

 
Sittelle torchepot (Sitta europeae)
©F.CROZET/LPO

 

en savoir plus sur la biodiversité

 

Photos d'animaux de compagnie