Budget communal
diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte Imprimer
Photo d'un quartier de Créteil

Budget 2016

Les points forts

 

Une progression des investissements

Moteur de croissance, la Ville poursuit un ambitieux programme d’investissements. Avec plus de 21 M€, le budget d’investissement 2016 connaît une progression importante afin, notamment, de poursuivre la réalisation des programmes de rénovation urbaine dans les différents quartiers, comme la Maison pour Tous des Bleuets. Au programme également, la Maison du Handball qui dynamisera la vie sportive de la commune, l’Ehpad de Chenevier qui accueillera des personnes âgées dépendantes et la rénovation-extension de l’école Prévert.

 

Des paramètres financiers positifs

  • Les dépenses de fonctionnement sont stabilisées.
  • Les dépenses à caractère général sont en légère baisse.
  • L’endettement baisse d’un million d’euros.
  • Les frais financiers régressent de 4,6 à 4,3 M€.
  • L’excédent de la Ville est de 5,9 M€.
  • L’autofinancement augmente de 1%.

 

>> télécharger le budget 2016 en PDF

 

Les subventions aux associations maintenues

Dans la période de difficultés économiques, sociales et de tensions que connaît notre société, la Ville choisit de privilégier l’éducation et la culture, qui permettent la rencontre et la communication entre les citoyens. De même, la subvention de 12,7 M€ au CCAS, principal acteur de la politique municipale de solidarité et de lutte contre l’exclusion pour tous nos concitoyens fragilisés, est maintenue.

 

Un service public moderne et responsable

Les actions en faveur de l’environnement et du cadre de vie sont développées. Elles concernent, entre autres, la voirie, les réseaux, le désenclavement du quartier du Palais, les abords de la future gare de l’Échat du Grand Paris Express, les espaces verts, l’éclairage public et la signalisation. Dans les écoles, l’entretien des bâtiments et le câblage numérique se poursuivent. S’agissant du secteur sportif, la Ville participe à la réalisation de la Maison du Handball et effectue des travaux dans les piscines, gymnases et salles de sports. Les secteurs social, culturel et de la jeunesse ne sont pas oubliés, non plus que l’accessibilité pour les personnes handicapées qui concerne tous les secteurs.

 

Une hausse modérée de la fiscalité

Le niveau de la fiscalité s’évalue par rapport à la qualité des prestations rendues aux habitants et au projet urbain et social de notre ville. Avec une progression de seulement 1,5% des taux de la fiscalité locale, ce sont toutes les prestations et services aux Cristoliens qui sont maintenus dans tous les domaines de la vie sociale.

 

 

Le budget municipal prévoit et autorise les dépenses et les recettes de la commune pour une année civile. Il est le reflet des actions et projets décidés par le conseil municipal qui l’a adopté le 11 avril 2016.

 

De quoi se compose le budget ?

 

Il est divisé en deux parties : une section de fonctionnement, qui permet à la collectivité d’assurer la gestion courante des services rendus à la population et une section d’investissement, dédiée aux opérations à moyen et long termes. Chaque section doit être présentée en équilibre, c’est-à-dire que les dépenses doivent être égales aux recettes.

 

Le budget de fonctionnement s’élève à 171 322 038 € en 2016, hors subvention de 12 732 993 € au Centre communal d’action sociale (CCAS), dont le budget est indépendant. Les recettes proviennent principalement des impôts locaux, des dotations d’État et de subventions. Les dépenses de fonctionnement comprennent les charges de personnel, l’entretien des bâtiments communaux, mais aussi les dépenses courantes (restauration scolaire, entretien de la voirie et des espaces verts, éclairage public, prestations sociales…) et les subventions versées aux associations.

 

Le budget d’investissement s’élève à 48 797 612 € en 2016. Les recettes correspondent aux subventions et dotations, aux emprunts et aux ressources propres, tandis que les dépenses comprennent les opérations d’équipement (grands travaux, amélioration du cadre de vie, mobilier scolaire, installations sportives…) et le remboursement de la dette.